La Licence Management du Sport

Nicolas Chaput est étudiant en troisième année d’une licence STAPS spécialisation Management du Sport à Clermont-Ferrand. Matières, organisation et débouchés : il présente la licence Management du Sport.

Par Thibaud Arnoult
Temps de lecture : 8 min

 

Article réalisé en collaboration avec l’ANESTAPS

Licence Management du Sport

 

Pourquoi as-tu choisi la licence Management du Sport ? 

J’ai un parcours plutôt atypique de ce côté-là. J’ai d’abord commencé avec un DUT Informatique Graphique en Modélisation 3D au Puy-en-Velay (Haute-Loire) que j’ai obtenu sans problème. Malheureusement, rester derrière un bureau pendant toute une journée n’est pas fait pour moi. Étant moi-même sportif et suivant l’actualité sportive en général, j’ai fait le choix de me réorienter dans le domaine du sport. Je suis passé par une licence Education et Motricité à l’UFR STAPS de Clermont-Ferrand qui prépare aux métiers de l’enseignement et notamment au CAPEPS, le concours pour devenir professeur d’EPS. Ayant été confronté à des difficultés, j’ai redoublé mon année et j’ai préféré la licence STAPS en Management du Sport.

 

J’ai choisi cette licence Management du Sport notamment par les informations que j’ai pu avoir dessus grâce aux autres étudiants. Ce qui a conforté ma décision aussi, c’est aussi mon engagement dans le Bureau des Etudiants de mon UFR (BDE STAPS CLERMONT) car les compétences et connaissances que l’investissement associatif m’a permis de développer m’aident énormément dans mes cours en licence Management du Sport.

Découvrez la filière STAPS et les formations dans le champ du sport :

 

Comment s’organise la formation en Licence Management du Sport ?

L’emploi du temps est très variable selon les semaines, certaines sont plus chargées que d’autres. On doit tourner autour d’une vingtaine d’heures en moyenne. Encore une fois, cela dépend aussi de la ville dans laquelle vous suivez votre licence.

 

À Clermont, ce temps est surtout destiné au travail personnel puisque nous avons énormément de dossiers de groupe à rendre et donc moins de partiels. Nous sommes passés cette année à 50% de contrôle continu et 50% d’examens terminaux. Il est donc important d’avoir une rigueur et un travail personnel plutôt récurrent.
Pour les stages, il y en a un en deuxième année de cinquante heures qui s’apparentent plus à un stage d’observation mais tout dépend de la manière dans vous vous engagez dans votre stage. Et en troisième année, nous devons effectuer un stage de cent heures au minimum où il nous ait demandé de prendre part à des missions bien précises relevant des questions de management sportif.
Encore une fois, chaque licence Management du Sport selon l’UFR est différente au niveau de ces critères. Même si celles-ci ont une base commune, chaque ville à ses spécialités et ses directions qu’elle choisit.

 

À découvrir aussi : La licence STAPS

STAPS : matières, stages, spécialisations et débouchés

 

À qui s’adresse cette licence Management du Sport ? 

La licence Management du Sport est en quelque sorte la licence qui propose le plus de panels de matières différentes. Il n’y pas de profil type à proprement parlé.
Mais je pense qu’un étudiant qui porte un regard curieux sur le monde sportif qui l’entoure à travers les organisations sportives, les entreprises, les différentes pratiques a toutes ses chances de s’y plaire. 

 

Découvrez aussi toutes les informations sur la filière STAPS ici

 

Quelles sont les principales matières ?

Comme je le disais nous voyons énormément de matières, même si chaque UFR a décidé de donner un profil précis à sa licence.
Un étudiant en Management du Sport va autant étudier comment mener à bien des projets grâce à du management d’équipe ou de la gestion de projet, de l’analyse financière, de la communication (réseaux sociaux, graphisme, …). Il va comprendre l’organisation du sport en France à travers le droit du sport, les différents acteurs du monde sportif. Il se penchera aussi sur ce qui est entrepreneuriat étudiant avec des cours sur la culture entrepreneuriale, l’innovation, la conception de produits.

 

Dans un côté plus sciences humaines, il va aussi apprendre à mener des études de terrain sur des publics, comprendre les cultures sportives à travers des cours de sociologie, d’anthropologie…

La licence Management du Sport regroupe énormément de matières toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

 

 As-tu eu des difficultés en Management du Sport ? 

Il faut savoir que la licence Management du Sport demande énormément d’ouverture d’esprit puisque les cours se suivent mais ne se ressemblent pas. On passe d’un cours la gestion de projet, à travers des notions de management concrètes, à un cours sur l’étude sociologique de la culture de l’escalade (ceci n’est qu’un exemple).

 

Mais non, je me suis bien habitué à la licence Management du Sport et je me suis vite aperçu que j’avais fait le bon choix cette fois-ci. Ma plus grande difficulté fut la deuxième année car il y a encore beaucoup de cours de tronc commun avec les autres filières qui portent sur des sciences « dures » comme l’anatomie, la physiologie qui n’étaient pas vraiment ma tasse de thé.

 

Comment as-tu trouvé l’accompagnement pédagogique ?

Nos professeurs sont très à l’écoute et nous pouvons leur poser des questions souvent à la fin des cours ou par mail, ils répondront avec plaisir. Cette disponibilité a été très importante à mes yeux. Comme dit précédemment, avant ma licence Management du Sport, j’ai fait le choix de me réorienter plusieurs fois. J’avais donc peur de ne pas être au niveau, mais l’encadrement m’a permis de bien m’intégrer.

 

Quels sont les débouchés après une licence en Management du Sport ?

Comme j’ai pu l’expliquer avant, les débouchés sont très nombreux puisque nous sommes préparés à beaucoup de particularités de métiers. Après une licence en Management du Sport, on peut travailler dans les collectivités territoriales, les services déconcentrés du Ministère des Sports, les fédérations sportives, les clubs dans des domaines comme le partenariat, la communication, l’événementiel.

 

On peut aussi monter son entreprise puisque nous sommes amenés à savoir gérer un business avec les notions financières, juridiques, les études de marché, le marketing…

Le Management du sport est un grand mot qui regroupe de nombreux de métiers différents.

 

Tous nos contenus d’orientation à découvrir ici

Orientation

 

 Est-il possible de poursuivre ses études après une licence Management du Sport ?

La licence Management du Sport (MS) regroupe un grand nombre de domaines, il est fort recommandé de continuer son cursus universitaire dans un Master qui va permettre de se spécialiser dans le secteur de métiers qui nous intéresse le plus.
Il existe une multitude de Masters qui sont proposés dans un grand nombre de villes qui apportent leur lot de spécialisations et une précision de compétences et de connaissances utiles au corps de métiers auxquels nous aspirons.

 

3 atouts de cette licence MS ?

La licence MS permet de découvrir le monde sportif dans tous ses attraits et surtout l’ensemble des facettes qui permettent à celui-ci de fonctionner. Quand on parle de licence Management du Sport, beaucoup de personnes pensent dans un premier temps à cette notion de management et d’événementiel, mais ce qui fait la force de cette licence est aussi l’apport sociologique qui permet de comprendre les cultures et les comportements humains qui caractérisent le sport dans notre société.

Enfin, cette licence m’a permis de comprendre la notion d’équipe afin de permettre à chaque individu qui constitue un groupe de pouvoir exprimer son plein potentiel dans un travail collaboratif dans le but d’atteindre un objectif commun

 

Peux-tu nous parler de tes stages ? Et de leur intérêt dans ce cursus ? 

J’ai effectué mon stage dans le club de Volley-ball de Chamalières où son équipe féminine évolue en Ligue A Féminine qui est le plus haut niveau national.
J’étais en charge des partenariats et de l’événementiel sous la tutelle de la personne qui s’occupait de ces sujets au sein du club. J’ai dû organiser un tournoi sur la fin d’année destiné aux licenciés du club et leurs familles. L’événement se déroulait sur un week-end entier en partenariat avec un autre club du département. Ce stage m’a permis de construire un événement de A à Z en m’appuyant sur les éditions précédentes. J’ai été livré moi-même quant au démarchage des partenaires et j’ai pu ainsi découvrir les émotions positives de conclure un partenariat mais aussi les émotions négatives qui naissent après un nombre de refus conséquent. J’ai donc pu développer une grande autonomie de travail.

Je n’ai pas encore effectué mon stage de troisième année puisque celui-ci se déroulera sur le mois d’avril.
Les stages sont des clés essentielles de notre formation puisque nous découvrons le monde professionnel avec ses aspects positifs mais aussi ses contrariétés. On agit sur le terrain ce qui est très formateur. Mais les stages permettent surtout de se créer un réseau de personnalités et de professionnels. Il ne faut pas hésiter à échanger avec l’ensemble des personnes qui peuvent intervenir dans le cadre de notre stage.

 

La filière STAPS présentée par Mathias, ancien président de l’ANESTAPS

 

Un message aux lycéens intéressés par une Licence Management du Sport ? 

Il ne faut surtout pas avoir peur de s’investir pleinement dans l’ensemble des matières qui sont proposés malgré l’intérêt fort ou non que l’on peut porter à certaines. Chacune des matières a une lace logique dans cette filière.

Soyez ouverts d’esprits et curieux sur le monde qui vous entoure et notamment curieux sur l’actualité sportive. Au-delà des idées reçus, le Management du Sport est une filière complète et professionnalisante qui permet de comprendre la place que peut prendre le sport dans la société d’aujourd’hui. Le management sportif est un secteur qui offre des perspectives variées et intéressantes.

 

Quel est ton projet désormais ? 

Je compte me diriger dans un Master qui se rapproche le plus possible au travail qui peut être faite au niveau des organisations sportives comme les fédérations ou le comité olympique.

Il y a trois secteurs qui m’intéressent plus particulièrement :

– Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 qui sont organisés à Paris vont être un énorme tremplin pour des étudiants en Staps et m’inclure dans cette boucle me plairait vraiment.

– Les pratiques alternatives et urbaines comme le skateboard, le surf sont des secteurs qui aiguillent ma curiosité au plus haut point. La culture sportive qu’ils véhiculent est extrêmement captivante.

– Et mon dernier plan serait de surfer sur la dynamique de l’esport qui est un secteur en plein expansion. Sa reconnaissance officielle comme sport fait que la filière Staps va peut-être commencer à se pencher sur le sujet. Et ce serait une perspective logique au vu de mon premier diplôme passé qui me permettrait de travailler dans un univers de jeux-vidéos qui me passionne depuis tout petit.

 

Un dernier mot ?

J’espère que cette présentation sera complète et cassera les idées reçues de cette filière.
Le Management du sport prépare à tous les métiers du domaine sportif qui permettent en quelque sorte au sport d’être ce qu’il est aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.