la licence Lettres/Histoire

La licence bi-disciplinaire Lettres-Histoire de l’Université de Paris offre un apprentissage unique en Ile-de-France qui permet l’acquisition d’une culture littéraire et historique. Découvre ce nouveau cursus avec Emmanuelle Valette, Responsable du bloc Lettres et Stéphanie Wyler, Responsable du bloc Histoire de l’Université de Paris !

Par Morgan Verres
Temps de lecture : 4 minutes

 

Découvre notre page dédiée aux licences universitaires :

Licence – Les licences universitaires



Pouvez-vous nous présenter la licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire ?

Créée il y a à peine trois ans, cette licence est un bon compromis pour l’étudiant qui ne veut pas se tourner vers une double licence (qui offre une charge de travail très lourde) mais qui veut avoir ces deux disciplines reconnues et mentionnées sur son diplôme. Comme une licence traditionnelle, la licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire se déroule sur trois années. Nous avons réussi à créer un équilibre entre ces deux disciplines : il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition de deux cursus, mais nous avons cherché une certaine complémentarité et cohérence entre eux.

Dans le domaine des Lettres, l’accent est mis sur l’expression écrite et orale, sur l’acquisition des méthodes d’analyse de textes, sur la construction de l’histoire littéraire et sur le lien qui existe entre les lettres, l’art et les sciences humaines. Il est impératif d’apprendre à connaître les littératures anciennes, modernes et contemporaines ainsi que d’en comprendre leurs émergences et leurs évolutions. Tout cela avec un attention particulière pour leur dimension historique. Ce bloc exige un réel intérêt pour la lecture, l’écriture et pour l’apprentissage approfondie des textes d’époques et de genres différents. 

Enfin, en ce qui concerne le domaine de l’Histoire, le point le plus original  est l’apprentissage à la fois de l’Histoire occidentale et celle des mondes non occidentaux. Ces deux points constituent une spécificité de l’Université de Paris. L’accent porte également sur le maniement des différentes sources, en particulier les sources littéraires, qui constituent une part importante du matériau avec lequel travaillent les historiens, ce qui renforce la complémentarité avec le bloc Lettres.   

 

Quel profil pour intégrer la licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire ?

En licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire, nous favorisons les parcours littéraires car notre cursus demande beaucoup de lecture et de rédaction. Les étudiants que nous recrutons sont issus majoritairement d’un bac littéraire ou économique et social. Toutefois, ceux venant des filières scientifiques sont moins nombreux mais présentent aussi des profils intéressants. Mais nous avons également beaucoup d’étudiants qui arrivent en deuxième ou troisième année, via la plateforme E-candidat, venant de classes préparatoires ou d’autres parcours plus atypiques. 

 

Quelles sont les matières étudiées en première année de licence bi-disciplinaire Lettres / Histoire ?

Pour la licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire, en ce qui concerne le bloc Lettres, nous avons :

– Une UE d’analyse de texte (en 1ère et 2e années) : qui est une UE fondamentale littéraire avec deux œuvres au programme. Au premier semestre, l’étudiant étudiera le théâtre et la poésie. Au deuxième, le Roman.

– Une UE constitué de cours magistraux. À noter que contrairement au bloc histoire, il y a très peu de cours en CM, pratiquement tous sont en TD. Cela permettra à l’étudiant d’apprendre des méthodes différentes selon les disciplines. Ces Cours Magistraux se font par le biais de conférences faites par des spécialistes : trois conférences sur l’Antiquité, trois sur le Moyen-Âge, trois sur la Renaissance, et ainsi de suite jusqu’au 21e siècle.

– Une UE au choix (beaucoup plus ouverte et interdisciplinaire) : nous proposons : littérature et cinéma, littérature et histoire, littérature et photographie, littérature et chanson, littérature et anthropologie À partir du second semestre, les étudiants pourront découvrir la littérature comparée ainsi que les littératures anciennes.

 

Nous mettons l’accent sur la présence de spécialistes qui travaillent sur des auteurs et des écrivains qui sont en lien avec l’histoire. Par exemple : nous avons des spécialistes d’auteurs de la Révolution.

 

Enfin, le bloc Histoire :

D’une part :

Nous proposons une UE méthodologie du travail universitaire : cette UE permet de savoir comment construire une dissertation d’Histoire avec une méthode propre qui diffère un peu de celle de Lettres.

Et d’autre part :

Nous proposons une UE sur les sources : à savoir qu’une grosse partie des sources sont littéraires, avec une ouverture sur ce qu’est une source et comment l’utiliser. Il y a également l’apprentissage des sources écrites non-littéraires comme l’épigraphie ou encore, des sources non-écrites, comme l’iconographie ou l’archéologie.

Nous avons une spécificité en histoire qui est l’apprentissage des cinq ères historiques. 

Il y a tout d’abord, les quatre périodes classiques qui sont présentées chaque année :

– L’Antiquité

– Le Moyen-âge

– L’Époque Moderne

– L’Époque contemporaine

 

Puis la cinquième : l’Histoire des Mondes non-Occidentaux : qui est une spécialité à l’université de Paris.

Dès le premier semestre, il y a une introduction à l’histoire des mondes non-occidentaux. Et à partir du 2e semestre, les étudiants choisissent une ère culturelle qui les intéresse davantage parmi celles-ci :

  • Les mondes musulmans
  • L’Afrique sub-saharienne
  • L’Amérique Latine
  • Les différentes régions de l’Asie : l’Iran, l’Inde, la Chine, le Japon

Dans ce même bloc, il y a les cours transversaux qui sont généraux à toutes les licences qui sont l’informatique et les langues vivantes.

 

Peut-on faire des stages en licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire ?

Il y a une possibilité de faire un stage en licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire, mais il n’est pas obligatoire au sein du cursus. Nous offrons donc une licence plus théorique que pratique. En revanche, il y a une orientation progressive vers la professionnalisation, en particulier à partir de la troisième année.

 

Découvre aussi le site de l’Université de Paris ici

 

Quels sont les débouchés en termes de métiers ? En poursuites d’études ?

À partir de la troisième année, l’étudiant doit faire un choix parmi plusieurs UE qui présentent différents métiers : métiers du patrimoine, de l’enseignement, de l’archive, de l’édition, ou encore du journalisme.

Les étudiants vont donc se spécialiser petit à petit par le choix de ces UE.

Cette licence bi-disciplinaire permet également d’accéder au Master Recherche et Doctorat en Histoires et en Lettres ainsi qu’au concours d’enseignement tel que le CAPES et l’Agrégation en Histoire-Géographie et en Lettres Modernes.

 

Des questions ? Pose les via Contacte un Étudiant !

Contacte un Étudiant – Mise en relation entre lycéens et étudiants

 

Quelle est la dimension internationale ?

La licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire, il n’y a pas de stage obligatoire, mais il y a la mobilité internationale : les étudiants ont la possibilité de partir en Europe ou au-delà.

 

Quelles difficultés peuvent rencontrer les étudiants au sein de la licence ? Vos conseils pour réussir ?

Les difficultés majeures sont de saisir les subtilités et les différences entre les deux disciplines : une dissertation littéraire ne demande pas les mêmes méthodes qu’une dissertation historique. Savoir jongler entre les deux et avoir une certaine souplesse est très important également.

À noter que pour avoir son semestre et/ou son année, il faut valider les deux blocs : au niveau de la notation, chaque discipline est indépendante de l’une et de l’autre et l’étudiant ne pourra donc pas compter sur la compensation des notes : une personne qui a 15 en Histoire et 8 en Lettres, ne validera pas son année par exemple. Toutefois, il est possible de compenser ses notes à l’intérieur de chaque bloc. Donc la difficulté est de trouver un équilibre entre les deux matières : être aussi bon en Histoire qu’en Lettres, avoir un intérêt équitable pour les deux.

 

Peut-on l’intégrer en venant d’un bac pro ? Techno ?

Cela sera difficile pour eux, car il n’y a que 15 places disponibles, donc nous les donnons à ceux qui ont le plus de chances de réussir. Quand on arrive d’un bac professionnel, cela fait bien longtemps qu’on n’a pas fait de littérature ou d’histoire.

Et cela sera d’autant plus difficile, car la charge de travail est plus lourde qu’une licence mono-disciplinaire.
De plus, les méthodes de travail sont différentes et il n’y a malheureusement pas d’UE de remise à niveau telle que la « remédiation orthographique » (expression écrite). Cette UE est remplacée par l’UE méthodologie du travail universitaire en Histoire.
En intégrant cette licence, l’étudiant sera donc tout de suite dans le vif du sujet, ce qui peut décontenancer les élèves venant de bac professionnel ou technologique.

De plus, ce cursus demande beaucoup de lecture et d’écriture. Choses avec lesquelles les étudiants venant d’un bac technologique ou professionnel ne sont pas familiers. Un effort déjà très difficile pour les bacs généraux et qui le sera d’autant plus pour les bacs technologiques et professionnels.
En général, ces étudiants se débrouillent bien à l’oral, mais moins à l’écrit, car ont leur a pas appris les mêmes méthodes de rédaction que ceux issus d’un bac général.

Toutefois, ce n’est pas impossible, s’il y a un vrai travail et un vrai projet derrière.

En résumé, si vous êtes issus d’un bac technologique ou professionnel, il faut avoir un goût prononcé pour la lecture et l’écriture pour ne pas être dépassé.

 

Un conseil pour vos futurs étudiants en licence bi-disciplinaire Lettres/Histoire ? 

Ne pas rester seul lorsque vous êtes en difficulté, ne pas hésiter à se tourner vers un membre de l’équipe pédagogique. 

 

Vos conseils pour se démarquer dans sa lettre Parcoursup ?

Évitez la lettre toute faite qu’on peut trouver sur Internet car cela se remarque. Être honnête et sincère : restez transparent. Aller droit au but et, surtout, nous insistons sur le fait de ne faire aucune faute d’orthographe.

Le plus : faire sentir que vous vous êtes intéressé par le cursus que vous convoitez. Donc lire les brochures ou assister aux journées portes-ouvertes est fortement conseiller car cela prouve que vous faites un choix orienté et réfléchi.

 

 

la licence Lettres/Histoire