Actualité SantéMédecineétudes de médecine

Cette semaine, l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France lance un appel pour obtenir des garanties concernant les études de médecine.

 

Par Thibaud Arnoult
Temps de lecture : 5 min 

Les Études de Médecine

 

Études de médecine, l’ANEMF hausse le ton,

Études de Médecine
Les étudiants dénoncent le manque de moyens dans la réforme de l’entrée dans les études de santé. Aussi, ils exigent une revalorisation de l’indemnité du service sanitaire et réclament la gratuité du référentiel unique dans le cadre de la R2C. Par le hashtag #FormationEnPerdition, la mobilisation est nationale.

 

La réforme de l’entrée dans les études de Santé

« Au tout début, nous avions espoir dans la réforme car elle était ambitieuse », nous explique Romain Levesy, premier vice-président en charge des relations publiques à l’ANEMF. La réforme devait moderniser les études de santé et résoudre le mal-être des étudiants en médecine. Numérus Clausus, le Portail Santé, Mineure Santé, les discussions étaient vastes. Mais aujourd’hui, le constat est fait : « Le manque de moyens a repris le dessus, et nous sommes très inquiets. ».

Pour la réforme de la PACES, plusieurs choses sont exigées : « L’ANEMF réclame une prise en considération des étudiants de médecine, une augmentation des moyens, un comité de suivi ministériel et une stratégie pluriannuelle avec des objectifs bien définis (sur le taux de réussite, l’orientation et le bien-être des étudiants ».

 

Dans le même registre : Réussir ses études de médecine après la PACES

 

Le référentiel unique, un bras de fer contre la précarité étudiante

Dans le cadre de la réforme du deuxième cycle des études médicales, l’élaboration d’un référentiel unique a pour objectif de mettre fin aux redondances et contradictions générées par une non coordination des connaissances. 

Alors que les maisons d’édition tente de le récupérer pour le faire payer aux étudiants, L’ANEMF demande que ce référentiel, crucial pour les étudiants, soit gratuit et disponible en ligne. Dans son communiqué de presse, l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France dénonce : « Les maisons d’édition adoptent une stratégie de rapaces, négociant l’achat des droits  papiers et numériques de ce travail collectif en sacrifiant les étudiants sur l’autel du profit ».

 

 

Dans une étude menée en septembre, le coût des référentiels pour un étudiant en médecine s’élève à 1 329,32€ (Dossier de presse : coût de la rentrée 2019 de l’ANEMF). Face aux difficultés financières et à la précarité des étudiants, cette tentative d’OPA du référentiel par les maisons d’éditions est malvenue.

Dans son communiqué de presse, l’ANEMF insiste : « De quel droit les maisons d’édition se permettent-elles de contrôler l’accès aux savoirs des futurs professionnels de santé ? Les étudiants en médecine ne pourront tolérer que des collèges d’enseignants privilégient sciemment l’enrichissement de leur structure au progrès qualitatif et social de leur formation » 

 

La revalorisation de l’indemnité du service sanitaire

C’est l’une des réclamations phares dans cette mobilisation nationale des étudiants en médecine. Romain Levesy nous l’explique clairement « Nous exigeons une revalorisation de l’indemnité du service sanitaire. 130€, quand on voit le coût des déplacements pour certaines interventions, c’est trop peu. Nous souhaitons discuter sur le sujet et obtenir des garanties ».

À deux semaines de la présentation de son enquête « précarité et état des lieux des droits », l’ANEMF a donc décidé d’hausser le ton.

 

ANEMF

 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires