Licence Philosophie

Nathan est étudiant en 1ère année de Master Histoire de la philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il a validé sa licence de philosophie avec la mention « très bien » après avoir étudié durant les deux années d’hypokhâgne et de khâgne en classe préparatoire B/L Lettres et sciences sociales au Lycée du Parc à Lyon. Avant cela, il avait obtenu un baccalauréat scientifique spécialité mathématiques.

 

Par Mathilde Lacoume
Temps de lecture : 5 min

La licence de philosophie

Pourquoi as-tu choisi la licence de philosophie ?

J’ai choisi d’entrer en 3e année de licence de philosophie d’une part en raison de ma passion pour la pratique de la philosophie, la réflexion critique seul et à plusieurs ainsi que mon goût pour la lecture et d’autre part en raison de l’équivalence obtenue après la classe préparatoire B/L à l’issue de laquelle je n’ai pas été admis en philosophie aux ENS. Je ne regrette pas d’avoir fait ce choix !

 

Découvre tous nos contenus sur les licences Arts – Lettres & Langues :

Les Licences Arts, Lettres & Langues

 

Je suis donc entré en licence de philosophie seulement en 3e année et non après le baccalauréat. Concernant les offres de formation, la licence à la faculté est, avec la classe préparatoire et la licence dans des écoles de sciences humaines comme l’ENS, le seul cursus d’étude de philosophie.

 

Ce qui a attiré mon attention, c’est l’exclusivité de l’enseignement de la philosophie après avoir expérimenté la pluridisciplinarité très large de la classe préparatoire B/L. J’avais envie de n’étudier et de ne pratiquer que la philosophie après avoir étudié et pratiqué de nombreuses disciplines des sciences humaines. Et effectivement, si on aime la philosophie, on est servi, car on ne fait que ça !

La licence de philo en bref

A qui s’adresse la licence de philosophie ?

La sélection ne se fait pas à l’entrée des études, mais durant la licence.

La licence peut être commencée soit directement après le baccalauréat, ce pour quoi il n’y a aucun critère de sélection car l’entrée à la faculté est ouverte à tous, soit pendant ou après une formation en sciences humaines (exemple : classe préparatoire littéraire) et l’obtention d’une équivalence. Mais la sélection ne se fait pas à l’entrée des études, mais durant la licence, notamment durant la 1ère année de la licence. Il arrive que des élèves perdent motivation ou ne valident pas les partiels par manque de travail, impréparation, voire maîtrise trop faible de la langue française. Des critères de réussite pragmatiques sont la motivation, l’autonomie dans l’organisation du travail personnel ainsi que le goût pour l’expression orale, écrite ainsi que la lecture. Avec ça, rien ne peut nous résister !

Les spécialités à faire au lycée pour la licence de philosophie
Il est possible, comme déjà dit, d’intégrer cette licence en cours de route à la condition d’avoir suivi une formation dispensant une équivalence (exemple de la classe préparatoire) ou étant proche (cas rares de passage de lettres ou sociologie en philosophie par exemple).

 

Les profils des étudiants font qu’ils ont le baccalauréat général mais viennent de filières variées, avec une majorité d’élèves ayant des baccalauréats littéraires mais aussi des élèves avec des baccalauréats scientifiques (c’est mon cas et celui d’amis) et économiques.  Beaucoup d’étudiants de 3e année de licence viennent de classes préparatoires littéraires (très majoritairement A/L, très rarement de B/L comme c’est mon cas). C’est agréable d’étudier avec des gens d’horizons différents ! Les niveaux des étudiants sont également variés mais, sans nécessité, les étudiants qui avaient de bons résultats au lycée en général ont de bons résultats dans la licence. Les projets professionnels sont souvent indéterminés et/ou variés au début de la licence (enseignement, culture, journalisme, art, marketing) mais à partir de la 3e année la majorité des étudiants aspirent à devenir professeurs(enseignants en maternelle/primaire, professeurs de philosophie au lycée ou dans le supérieur).

 

À découvrir : un live sur la Prépa A/L :

 

Quelles sont les matières principales dispensées en licence de philosophie ?

 

L’apprenti philosophe réfléchit beaucoup, et sur beaucoup de choses !

 

En première année, il y a une majorité de cours d’introduction de la philosophie par périodes historiques (antique, médiévale, renaissante, moderne, contemporaine) et/ou domaines généraux de réflexion (éthique et morale, politique, esthétique et artistique, métaphysique, épistémologie ou théorie de la connaissance et de la science), des cours de langue ainsi que des cours d’autres disciplines (histoire, sociologie, littérature, philologie, géographie, etc). Cela permet d’acquérir une certaine culture générale. L’apprenti philosophe réfléchit beaucoup, et sur beaucoup de choses !

 

A partir de la deuxième année, les cours sont composés d’un tronc commun de cours d’histoire de la philosophie et/ou des domaines généraux de réflexion, d’un cours de langue ainsi qu’un ou deux cours d’option pour lesquels les étudiants ont le choix entre des cours de philosophie et d’autres sciences humaines.

Les matières en licence de Philosophie

Y a-t-il différents parcours proposés ? A quel moment se spécialise-t-on ?

Les cours sont chaque année constitués d’un tronc commun avec des cours obligatoires ainsi que quelques cours d’option et de découverte au choix, issus d’autres disciplines ou de domaines spécialisés de réflexion en philosophie (médecine, logique, etc.) ou de cours de textes philosophiques en langue étrangère. Un peu de choix, mais pas trop !

 

Découvre tous nos contenus sur les licences Sciences Humaines & Sociales :

Les Licences Sciences Humaines & Sociales

 

Est-il difficile de valider une licence de philosophie ?

La validation est obtenue avec une moyenne de 10/20 avec possibilité d’une compensation d’un semestre d’une année de licence à l’autre semestre (ex : 9/20 au premier semestre de L1, 12/20 au second semestre de L1 = 10.5/20 de moyenne générale, validé). La validation n’est pas difficile à condition de bien maîtriser la langue française, de suivre, de s’imprégner et de réfléchir sur les cours ainsi que de suivre quelques conseils de lecture.

 

Les critères de réussite pragmatiques sont la motivation, l’autonomie dans l’organisation du travail personnel ainsi que le goût pour l’expression orale, écrite ainsi que la lecture. Avec ça, rien ne peut nous résister !

 

Le rythme de travail personnel moyen dépend de la curiosité et des capacités de chacun, mais une moyenne minimale de 12/15h s’impose.

 

Beaucoup d’étudiants inscrits en L1 ne valident pas leur L3 (1/3 des étudiants), il y a donc beaucoup de départs dus à des réorientations et des invalidations.

Majeur et mineur en licence de philo

 

L’emploi du temps type d’un étudiant en licence de philosophie, tu le décrierais comment ?

L’emploi du temps à l’Université de Lyon 3 est d’environ 20/25h par semaine en L1 et L2, avec 10/12h de CM et 10/12h de TD, soit 4/5h de cours par jour. Il s’agit de 12/14h par semaine en L3 avec pas/peu de TD donc que/presque que des CM, soit 2/3h par jour. Il faut compter en plus 15 à 20h de travail personnel.

 

Cela laisse beaucoup de temps pour les loisirs, les moments de sociabilité entre amis et amies et en famille (et en soirées) ainsi que les engagements associatifs voire politiques. La licence de philosophie permet de bien vivre à côté des études ! J’ai par exemple pratiqué beaucoup de sport (1h/1h30 par jour), bien vu mes amis, amies et ma famille et je me suis engagé dans l’association philosophique étudiante « Les Médiations Philosophiques » avec laquelle j’ai organisé et participé à des cafés philo (moments de débat et discussion sur thème), des cinés philo (moments de débat et discussion sur films visualisés ensemble) ainsi qu’à la rédaction d’une revue étudiante. Aucune soirée n’est organisée par la faculté ou une association étudiante, mais les groupes d’amis et amies de la promotion en organisent.

Emploi du temps en licence de philosophie

Comment se présente le travail personnel licence de philosophie ?

Le travail personnel consiste en la révision de cours, la lecture d’extraits ou de livres recommandés ou non ainsi que la préparation des partiels. Bien réviser un cours de philosophie revient à le comprendre, le reformuler et le réexpliquer avec ses propres mots. Les lectures d’extraits ou de livres sont obligatoires ou optionnelles selon les cours. Les partiels sont préparés par la relecture des cours et celle des textes et des fiches réalisées, et consistent en des dissertations sur une question ou une notion proche du cours ou une explication de texte. Le plus important, c’est la régularité et la reformulation avec ses propres mots : avec ça, on est sûr d’avoir compris le cours ou les textes.

 

Bien réviser un cours de philosophie revient à le comprendre, le reformuler et le réexpliquer avec ses propres mots.

 

As-tu rencontré des difficultés pendant ta licence de philosophie ?

Le plus difficile à gérer pour moi a été le manque d’encadrement et d’accompagnent, qui laisse libres les étudiants, censés être autonomes, certainement trop pour un début d’études supérieures. Il faut se discipliner et travailler régulièrement, d’un cours à l’autre, quand bien même ce n’est pas obligatoire mais seulement recommandé et exigé par les professeurs. Attendez-en un peu de la faculté et des professeurs, mais pas trop !

Les objectifs pédagogiques de la licence de philo
 

Que penses-tu du suivi pédagogique dans ta licence ?

L’accompagnement n’est pas/peu individualisé de manière générale. L’accompagnement dans le cours et les études en général est bon en TD, car les étudiants ont des temps d’échange avec les professeurs, mais ce n’est pas le cas pour les CM qui sont centrés sur le contenu du cours. Encore une fois, il faut être autonome, constant et organisé en s’aménageant si possible un agenda avec des temps de travail et de réflexion avec d’autres étudiants et/ou à la bibliothèque.

 

Quels sont les débouchés après une licence de philosophie ?

Beaucoup d’étudiants continuent les études après la licence de philosophie, en particulier en master de philosophie ou d’histoire de la philosophie. La majorité des étudiants aspire à devenir professeurs (concours du CAPES, de l’agrégation) ou enseignants (master MEEF et concours de professeur des écoles). Quelques-uns se réorientent en master de sciences humaines (lettres, socio).

 

Pour envisager d’autres débouchés, il est bon voire nécessaire de faire une double licence ou d’envisager de faire d’autres études après la licence de philosophie.

 

Les débouchés sont relativement restreints, concernant surtout le monde de l’enseignement (maternelle, primaire, surtout lycée et supérieur – comme maître Yoda l’a dit : « Luc, professeur tu seras, si philosophie tu étudieras », et c’est après cela que Luc a préféré devenir jedi), la culture et les livres (librairie, bibliothèque, archives), les relations humaines (entreprises, écoles, fonction publique), rarement d’autres choses (art, journalisme, métiers pratiques, et autres). Pour envisager d’autres débouchés, il est bon voire nécessaire de faire une double licence ou d’envisager de faire d’autres études après la licence de philosophie (soit directement en master soit en 2e ou 3e année de licence).

 

Mon projet professionnel n’a par exemple rien d’original d’un point de vue académique : je vais finir mon master d’Histoire de la philosophie, préparer puis passer les concours de l’enseignement afin de devenir professeur de philosophie. J’aspire également à valoriser et démocratiser la pratique de la philosophie dans le système scolaire (philosophie pour enfants) ainsi que dans la société en générale (débats, discussions, etc).

Quels métiers après une licence de philosophie ?

Quels conseils donnerais-tu à un lycéen qui souhaite faire une licence de philo ?

Mes conseils seraient d’abord de se poser de bonnes questions afin de se projeter un peu dans les études de licence de philosophie, ensuite de bien organiser son emploi du temps pour réussir les études.

 

D’abord, les questions à se poser.

– Concernant ma motivation: Est-ce que j’ai envie et j’aime réfléchir seul et à plusieurs sur beaucoup de sujets ? Est-ce que je suis prêt à ne pas avoir d’activités pratiques (stages, alternances, métiers manuels, etc) inclues dans le programme de mes études ? Est-ce que j’aime lire ? Est-ce que je veux savoir la vérité au sujet des choses et mieux les comprendre ?

– Concernant mes capacités: Est-ce que j’aime m’exprimer à l’oral et à l’écrit ? Est-ce que je m’exprime bien ? Ai-je envie d’améliorer mon expression orale et écrite ? Est-ce que je suis capable de lire souvent ?

– Concernant mon projet professionnel: Est-ce que je veux devenir professeur, enseignant ou travailler dans le monde de la culture ? Est-ce que je veux faire une double licence, c’est-à-dire suivre simultanément deux licences et donc suivre une licence autre en plus de la philosophie (droit à Lyon 3, lettres ou histoire à Paris Sorbonne, etc.) ?

En se posant ces questions, on peut plus facilement savoir si la licence de philosophie va au premier abord nous plaire, et on risque peu d’être déçu !

 

Ensuite, l’organisation. Il vaut mieux travailler continuellement, en relisant les cours avant chaque prochaine séance et en lisant les textes, extraits ou articles au fur et à mesure, ce qui demande de planifier des moments de travail personnel réguliers. Ensuite, il faut prendre des temps pour réfléchir sur le cours, les lectures et leur contenu afin d’avoir un esprit de plus en plus critique.

Profils Parcoursup des étudiants en philo

À ton avis, quelles spécialités faut-il choisir au lycée si on souhaite faire une licence de philosophie ?

Bien suivre les cours de philosophie, prendre de préférence des spécialités en sciences humaines (lettres, histoire, socio-éco) car cela donne des connaissances et des compétences d’expression utiles en philosophie, mais ce n’est pas nécessaire. « Ce que tu voudras, tu feras, si la philosophie tu étudieras », c’est aussi de maître Yoda.

 

Trouve ta voie avec Thotis Orientation !

Orientation : trouve ta voie après le bac !