Licence Sociologie

À quoi s’attendre en licence Sociologie ? Quelles sont les matières étudiées ? Les débouchés ? Cassandra et Romane, étudiantes en licence sociologie à l’Université Lyon 2 Lumière, ont répondu à nos questions !

Par Mathilde Lacoume
Temps de lecture : 5 min

 

Licence Sociologie

 

Pourquoi avez-vous choisi la licence de sociologie ?  

Cassandra : Je suis entrée en licence de sociologie en 2ème année de licence, mais le portail sciences sociales préparait pas mal à ce parcours. Le portail ouvrait principalement sur 4 disciplines : la sociologie, l’histoire, la science politique et l’anthropologie. Si je me suis dirigée en sociologie c’est parce que j’ai toujours été très intéressée par cette matière. J’aimé cette idée d’apprendre à comprendre les gens, socialement, la société, etc. Et pourquoi une licence, parce que déjà en sortant du bac je n’étais pas très sûre de ce que je voulais faire donc une licence me permettait de voir plus large, d’avoir un horizon plus vaste de possibilités.  

 

Romane : D’abord, je me suis orientée vers la fac plutôt que de continuer en prépa parce que le rythme de la fac me convenait mieux et laissait plus de temps pour faire des lectures. La fac permet également de plus se spécialiser, notamment en pratiquant réellement la sociologie c’est-à-dire en menant des enquêtes qualitatives et/ou quantitatives et pas seulement en lisant et apprenant des cours. Finalement, la fac propose des évaluations qui mettent moins de pression (pas de DS tous les samedi matin ou de colles toutes les semaines…) et plus diversifiées qu’en prépa. 

 

La sociologie est à mon sens la discipline en sciences sociales qui permet le mieux d’appréhender les thématiques qui nous touchent ici et maintenant, dans nos sociétés occidentales contemporaines.

J’ai choisi de rejoindre la licence de sociologie après ma L2 de sciences sociales car j’avais l’impression que la licence de sciences sociales ne me permettait pas d’avoir une vue globale des matières qui y était proposées. Je voulais mieux comprendre les différents courants et spécialisations de la sociologie, qui était la matière que j’avais préférée en sciences sociales. En effet, c’était la matière qui à mon sens permettait le mieux d’appréhender les thématiques qui nous touchent ici et maintenant, dans nos sociétés occidentales contemporaines.La sociologie me permet de donner sens à beaucoup de choses que je traverse personnellement ou auxquelles je fais face au quotidien.J’aime aussi le fait que ce soit une science très empirique, qui est basée sur le contact avec les gens, et qui permet de rencontrer des personnes différentes de soi.

 

Licence Sociologie fac

 

En lien avec la licence sociologie : notre page dédiée aux licences en Sciences Humaines et Sociales !

Les Licences Sciences Humaines & Sociales

 

A qui s’adresse la licence de sociologie  selon vous ?  

Romane : La licence de sociologie s’adresse, en tous cas à l’université Lumière, aux étudiants étant passés par le portail sciences sociales. Elle s’adresse à des élèves qui sont de fait intéressés par la sociologie, c’est-à-dire l’étude des phénomènes sociaux. Il faut donc avoir un goût pour ce qui touche aux humains et à la façon dont ils vivent dans nos sociétés contemporaines. Le petit plus étant de s’intéresser un minimum à l’actualité ! Je dirais que c’est mieux d’être assez curieux, car la sociologie peut étudier toutes les activités qui se déroulent en société, de la production scientifique aux maladies mentales, en passant par la vie de couple et le travail social. Si vous vous sentez un esprit critique, ou un esprit d’analyse, cette licence peut aussi s’adresser à vous ! Il ne faut pas à mon sens avoir peur de rédiger car beaucoup des travaux que nous avons à rendre sont sous forme rédigée (par rapport à d’autres formations qui peuvent privilégier les QCM ou les exercices pratiques). Il faut également avoir un goût du contact, du fait des travaux de groupe et aussi parce que les enquêtes menées en sociologie impliquent de discuter avec les gens.

 

La licence de sociologie s’adresse à des élèves qui sont de fait intéressés par la sociologie, c’est-à-dire l’étude des phénomènes sociaux. La sociologie peut étudier toutes les activités qui se déroulent en société, de la production scientifique aux maladies mentales, en passant par la vie de couple et le travail social.

 

Cassandra : Comme le montre le parcours de Romane, la licence est accessible chaque année de licence. De mon côté, pour y entrer, j’ai candidaté sur Parcoursup l’année de mon bac. J’ai été prise pour le Portail Sciences Sociales (il suffisait de remplir un “projet motivé” et de joindre les bulletins scolaires). Puis en fin de 1ère année, au moment des inscriptions pour la L2, il fallait sélectionner quelle licence nous choisissions entre les diverses accessibles par ce Portail (Histoire, Sociologie, Anthropologie, Science Politique, Sciences Sociales) : le seul critère qu’il m’a semblé être appliqué était d’avoir validé sa 1ère année. 

 

Romane : Comme je l’ai indiqué plus tôt, je suis rentrée en licence de sociologie seulement en L3. J’ai dû faire un dossier sureCandidat, qui comprenaitles résultats dans mes années précédentes et une lettre de motivation afin d’expliquer pourquoi je souhaitais intégrercette formation. 

 

Quelles spécialités faut-il choisir au lycée si on souhaite faire une licence de sociologie  

 

Quelles sont les matières principales dispensées en licence de sociologie ? 

En L1, donc l’année du “Portail”, les matières ont des noms qui ne sont pas toujours très clairs mais qui correspondent en fait à de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie et des sciences politiques. Selon les semestres, les cours sont axés sur tel ou tel auteur, tel ou tel personnage important de la discipline et sur telle ou telle période historique. Il y a aussi un cours de “méthodologie” qui nous aide à appréhender la méthode de la fac. 

 

Notre page dédiée à Parcoursup

Parcoursup 2022 : tout savoir, tout comprendre by Thotis

 

En L2, un TD d’enquête est proposé qui permet de vraiment mener notre enquête sociologique, ça nous permet de mettre en pratique ce qu’on apprend théoriquement dans d’autres cours. On a aussi des cours axés sur des thématiques précises (la déviance par exemple), d’autres qui sont plus théoriques et d’autres encore qui sont considérés comme des “options” mais qui sont en fait des options obligatoires avec un choix entre deux domaines : anthropologie ou sciences politiques, qui permettent de garder un pied dans une discipline annexe.  

 

En L3,il y a des matières axées sur les méthodes qui sont utilisées en sociologie (les statistiques, les enquêtes de terrain, la sociologie clinique…). D’autres se concentrentsur des grands thèmesde la sociologie (sociologie urbaine, sociologie des institutions…) ou encore sur des grands courants théoriques de la sociologie (interactionnisme symbolique, structuralisme…). Il y a également plusieurs TD qui permettent de mener des enquêtes sociologiques et de produire ses propres résultats !

 

matières licence sociologie

 

Aussi, tout au long de la licence, nous avons des cours de “transversales”, communes à toutes les licences. D’abord la langue, langue que nous choisissons à notre inscription. On peut donc garder la langue que nous apprenions déjà au lycée ou bien se lancer dans une nouvelle langue, car le centre de langues de la fac offre un large choix. On peut également changer de langue d’une année sur l’autre. Il y a également les “TIC”, qui sont des initiations à l’informatique, et notamment à la bureautique. 

 

À savoir également il est possible de suivre une pratique sportive avec un éventail de sports possibles plutôt fourni ! Et un truc intéressant qui n’est pas forcément dit explicitement, c’est la possibilité de suivre des cours de Langue des Signes Française, c’est une option bonus (donc qui donne des points sur la moyenne seulement si les notes sont en notre faveur). Ça reste à un niveau de découverte mais pour l’avoir fait, c’est vraiment intéressant et sympa ! 

 

Y a-t-il différents parcours proposés ? A quel moment se spécialise-t-on ?  

 

Le “parcours type” : une première année de Portail Sciences Sociales (ou un portail contenant un lien avec la sociologie) puis une L2 et une L3 sociologie.

 

Du coup, comme dit plus haut, les parcours peuvent être assez variés, mais un “parcours type” peut être celui-ci : une première année de Portail Sciences Sociales (ou un portail contenant un lien avec la sociologie) puis une L2 et une L3 sociologie.  

En L2 on doit choisir une matière “option obligatoire” entre deux disciplines qui ont pu être abordées l’année de portail, qui sont l’anthropologie ou les sciences politiques. Puis en L3, on choisit un cours de “sociologie spécialisée” qui nous permet d’aborder des thématiques précises en sociologie et qui – dans l’optique d’un master de sociologie par exemple – peut aider à construire une réflexion précise pour plus tard. Les thématiques abordées peuvent dont être : la sociologie du travail, des politiques sociales, de la sociologie urbaine, la sociologie du genre… 

A Lyon 2, ces options peuvent être remplacées par un parcours que l’on appelle Minerve, qui est un parcours qui permet d’approfondir ses connaissances dans une langue (espagnolouallemand par exemple). 

 

 

 

Est-il difficile de valider une licence de sociologie  

En termes de rythme de travail, dès les premières semaines, il faut trouver sa propre organisation et ne pas se dire “on a du temps”. Souvent, au début du semestre, les enseignants vont demander aux étudiants de s’inscrire sur tel ou tel jour du semestre pour rendre un travail ou présenter un exposé. Le piège est de tout mettre le plus tard en se disant que ça laisse du temps, car à la fin du semestre, il y aura les rendus finaux ainsi que les partiels à préparer. Le rythme de travail va varier donc selon les dates de rendus mais aussi selon la manière de travailler de chacun.  

Le piège est de tout remettre à plus tard en se disant que ça laisse du temps, car à la fin du semestre, il y aura les rendus finaux ainsi que les partiels à préparer.

Pour valider son année, il est nécessaire de valider chaque “UE” (=Unité d’Enseignement). Les UE sont composées pour la plupart de deux matières, et l’UE est validée à partir de 10/20 de moyenne. À savoir que dans l’UE les moyennes des matières se compensent donc si dans la matière A on obtient un 8 et dans la B un 12, l’UE sera validée à 10. 

En travaillant, la majorité des L1 passent en L2. En cas de non-validation, il est possible de refaire une L1 ou bien de se réorienter sur une autre L1 ou un autre type d’études. 

Ilexiste également àLyon2 la possibilité de passer par “le semestre rebond”. Cela est possible en 1ère année, lors du 2nd semestre, pour les étudiants qui veulent se réorienter au plus vite, en sachant qu’ils ne tiendront pas le reste de l’année. À la fin du 1er semestre, ils peuvent donc “candidater” pour intégrer le semestre rebond qui leurpermettrade trouver l’orientation leur correspondant, en étant encadrés. 

 

L’emploi du temps type d’un étudiant en licence de sociologie, ça ressemble à quoi  

En termes d’heures de cours, CM et TD mélangés, cela tourne autour d’un peu plus d’une vingtaine d’heures selon l’année.  

Les CM (cours magistraux) durent 1h45 par semaine chacun et demandent un temps de travail personnel correspondant à la reprise des cours (l’apprentissage, les retapes, les mises en forme ou fichage) ainsi qu’aux révisions en fin de semestre pour les partiels. 

Les TD (travaux dirigés) durent pour la plupart 1h45 par semaine chacun, excepté à partir de la L2 (le TD d’enquête tient un créneau de 3h30 par semaine). Ces cours-là demandent une certaine assiduité dans le travail avec souvent des textes à lire et étudier d’une semaine à l’autre, avec des rendus occasionnels (souvent deux par TD).  

À savoir que la plupart des TD est associé à un CM donc la théorie vue en CM peut servir à l’étude en TD et a contrario la pratique en TD peut servir à illustrer et exemplifierleCM.Par exemple, en TD, on peut se pencher sur l’étude de textes qui ont été évoqués en CM, ou alors mettre en œuvre des techniques d’enquêtes évoquées en CM. 

 

En lien avec la licence sociologie : la licence psychologie !

Licence de psychologie : matières, universités et débouchés

 

Avez-vous rencontré des difficultés  ? 

Cassandra : Une des difficultés est la gestion du temps. En arrivant à l’université, en licence, on est assez libres et moins encadrés, ce qui est plus propice à ne pas travailler ou à tout remettre à plus tard. Il faut donc s’imposer à soi-même un temps pour tout. Ce que j’ai fait c’est que je me suis intégrée à mon emploi du temps, des créneaux de travail personnel, entre deux cours à la BU (bibliothèque universitaire) ou chez moi en rentrant le soir ou le week-end. Comme ça sur ces créneaux c’était comme si j’étais en cours, je me forçais à faire le travail que j’avais que ce soit de la reprise de cours, de l’apprentissage ou des rendus de travail.  

 

Il faut s’imposer à soi-même un temps pour tout : le travail et les loisirs.

 

Romane :  En effet, le fait qu’on nous laisse plus de marges de manœuvre rend parfois plus difficile de trouver la méthode qui nous correspond. Par exemple, je n’ai toujours pas trouvé si je préférais me concentrer sur l’apprentissage du cours ou sur des lectures en rapport avec le cours qui permettent aussi de l’assimiler.  

Le piège est aussi de ne pas reprendre ses CM au fur et à mesure. On se retrouve assez débordés en fin de semestre s’il faut apprendre tous les cours de CM en une semaine avant les partiels… 

Il faut aussi savoir qu’il y a beaucoup de travaux de groupe à l’université, notamment dans les TD. Certains comme moi, préfèrent les travaux de groupe aux travaux individuels, mais il peut être difficile de s’organiser, en sachant que tout le monde n’a pas le même emploi du temps, ni le même rythme de travail… La meilleure solution est alors de se mettre en groupe avec des étudiants qui sont motivés par les mêmes sujets que soi et être prêt à s’adapter au rythme de travail des autres.  

Une autre difficulté que j’ai rencontrée en n’ayant pas fait l’intégration de L1, c’est de s’assimiler à la promotion, car l’université ne fonctionne pas par classe, c’est-à-dire que deux personnes d’une même promotion peuvent avoir en réalité peu de cours en commun.  

 

Que pensez-vous de l’accompagnement des professeurs en licence de sociologie ?  

L‘autonomie est vraiment le maître. Il faut vraiment faire preuve d’organisation, de gestion. Certains enseignants peuvent être derrière nous, en suivant notre travail, en nous imposant des rendus réguliers pour nous forcer à travailler ; mais d’autres non, nous laissent plus libres en ne fixant pas forcément de date précise de rendu, en disant uniquement “dans le semestre vous me rendrez X choses”. Il faut alors se fixer soi-même des dates, pour ne pas être dépassés à la fin du semestre avec trop de rendus et pas assez de temps.  

 

Les suivis sont quand même globalement plus individualisés en TD, où les élèves sont moins nombreux par groupe alors que les CM regroupent souvent plus d’une centaine d’élèves. Le suivi est donc plus difficile en CM, par exemple on n’a pas forcément de retour précis sur nos partiels en-dehors de la note. Les enseignants ne nous reconnaissent pas nécessairement parmi une centaine de têtes ! En TD, on a plus de retours sur nos travaux et les professeurs nous connaissent mieux, particulièrement dans les TD d’enquête de 4 heures.  

 

Quels sont les débouchés après une licence de sociologie ? 

Après une licence de sociologie, il est possible de continuer en Master de beaucoup de mentions différentes : bien sûr, des mentions proches de la sociologie en priorité, mais qui peuvent aussi être plus éloignées, plus générales comme par exemple le master d’études urbaines qui comprend aussi de la géographie et de l’anthropologie ou le master d’études de genre.  

 

En fait, avec de la motivation, de l’ambition et de la détermination, il faut se dire que rien n’est fixé et rien n’est impossible. Il faut envisager toutes les possibilités et avoir l’audace de se lancer !

 

Cassandra : Pour ma part, je compte candidater en Master MEEF 1er degré qui est le master permettant de préparer au concours de professeur des écoles. J’avais aussi pensé à un master de Sociologie pour devenir sociologue, chercheuse ; ou bien encore un master de développement social qui permet de travailler auprès de structures sociales. Mais il est aussi possible de changer d’orientation, d’intégrer une autre licence, ou bien une école ou un cursus plus spécialisé dans un domaine. J’avais commencé à envisager une orientation sur des cursus spécialisés de travailleurs sociaux comme éducateur spécialisé par exemple. En fait, avec de la motivation, de l’ambition et de la détermination, il faut se dire que rien n’est fixé et rien n’est impossible. Il faut envisager toutes les possibilités et avoir l’audace de se lancer ! 

 

Romane Je ne sais pas encore exactement ce que je veux faire par la suite. J’envisage d’abord de faire une année de césure dans le cadre du Corps européen de solidarité pour travailler pendant un an dans une association pour voir si travailler dans ce domaine me plaît. En effet, les études de sociologie, surtout après un master, peuvent permettre de travailler dans ce domaine en tant que chargé d’étude par exemple. Mais je réfléchis également à m’orienter dans la recherche, l’un des débouchés privilégiés de la formation universitaire en sociologie, en passant donc par un master de sociologie. 

 

débouchés licence sociologie 

Quels conseils donneriez-vous à un lycéen  

On lui conseillerait surtout de suivre une voie qui lui plaît ! Étant donné l’autonomie qui est nécessaire en licence de sociologie, il est difficile de se motiver si ce que l’on étudie ne nous plaît pas. On lui conseillerait également d’essayer de bien s’organiser dès le début pour ne pas prendre un retard parfois difficile à rattraper !Surtout, on lui conseillerait de profiter des échanges avec les autres élèves de sa promotion, car ils sont souvent très enrichissants, tant d’un point de vue humain que d’un point de vue universitaire :).