Montpellier Business School

Après plusieurs semaines de concours écrits, les étudiants en classe préparatoire économique et commerciale sont invités à se rendre dans les écoles pour passer leurs oraux. Immersion à Montpellier Business School pour découvrir l’ambiance et les nouveautés de la grande école de management !

Temps de lecture : 6 min

Des oraux pour les préparationnaires

Pendant plusieurs semaines, des milliers de candidats admissibles aux oraux vont défiler à Montpellier Business School pour tenter d’obtenir une place pour la rentrée 2022. À l’issue des deux années de classe préparatoire (ou trois en cas de Khube), les étudiants passent les concours écrits (BCE et Ecricome) puis des épreuves orales dans les écoles où les candidats ont été admissibles. Un tour de France s’impose alors pour de nombreux préparationnaires. 

 

À Montpellier Business School, les épreuves orales se déroulent sous forme de demi-journée. Les candidats du matin sont convoqués à 7h et sont accueillis par les étudiants admisseurs de MBS, vêtus de polos oranges “Join The Family”. Après un petit-déjeuner, un amphithéâtre de présentation est tenu par Pierre-Emile Ramauger, directeur des relations entreprises et alumni. Les étudiants viennent ensuite animer l’amphi avec des danses, une chorégraphie et quelques témoignages sur la vie associative. Vers 9h, les candidats préparationnaires sont convoqués à leurs épreuves orales, dont l’entretien de motivation. Pendant 25 minutes, les étudiants doivent convaincre le jury en partant de mise en situation. Les candidats vont donc expliquer et interagir sur des moments marquants de leurs trois dernières années, en revenant par exemple sur un engagement associatif, humanitaire ou social.

 

Contrairement à d’autres écoles, il est interdit de questionner un candidat sur l’école et ses caractéristiques. “Nous considérons que le niveau académique est sanctionné lors des épreuves écrites. Les oraux permettent ainsi de sélectionner un candidat à travers son profil, ses valeurs et sa capacité à valoriser son état d’esprit en partant d’une mise en situation. Nous essayons de retirer tous les biais sociaux de la préparation aux oraux avec notre système d’entretien interactif” précise Bruno Ducasse, directeur général de Montpellier Business School. Un système qui met les candidats admissibles à égalité, quelle que soit leur classe préparatoire.

 

Thaïs, étudiante à Montpellier Business School (après une prépa ECS à Toulouse), a particulièrement apprécié l’authenticité de MBS l’an passé : “En arrivant à Montpellier Business School, j’ai évidemment apprécié le climat, l’ambiance de l’école mais aussi et surtout l’idée de pouvoir être soi-même. Je n’avais pas de projet défini et je n’avais pas envie d’inventer une projection. J’en avais parfois marre de jouer un rôle à apprendre des universités partenaires par cœur ou des masters en lien avec des métiers. Je n’aimais pas le bachotage qui consistait à apprendre par cœur la brochure. L’entretien proposé par MBS permet d’être soi-même et c’est cette authenticité qui m’a définitivement fait basculer pour cette école”.

 

Montpellier est une ville très étudiante, il y a des lieux étudiants sur la place de la comédie, la place Jean Jaurès, les Halles ou dans les nombreux bars. La plage fait partie des atouts valorisés par les étudiants, pour qui le climat et la ville étudiante comptent tout autant que les critères académiques. Raphaëlle, étudiante à MBS, insiste sur l’importance de la vie associative, surtout au lendemain de la crise sanitaire : “On sortait de la crise sanitaire et nous avons tout fait pour redynamiser les couloirs de l’école. Avec le BDA, nous avons organisé une activité par semaine. Nous avons tous souffert de la crise Covid et nous avions besoin de nous retrouver à travers des évènements festifs.”

 

L’ouverture sociale, valeur pionnière à Montpellier Business School

Montpellier Business School, qui fête ses 125 ans en 2022, a toujours fait de l’ouverture sociale une de ses valeurs phares, notamment à travers l’apprentissage. En effet, MBS est aujourd’hui l’école qui propose le plus de places en alternance, sans aucun quota de places : “La diversité est une ressource très importante dans l’entreprise car elle enrichit et renforce tous les domaines d’activités. L’apprentissage permet aux étudiants de se professionnaliser tout en s’affranchissant des frais de scolarité. De fait, c’est un levier d’accroître l’ouverture sociale dans les grandes écoles, et donc par conséquent, dans les organisations” explique Bruno Ducasse, directeur général de Montpellier Business School.

 

La barrière financière est une variable importante dont Montpellier Business School tient compte dans sa politique d’inclusivité. Elle met notamment en place une politique d’alternance ambitieuse qui permet de réduire considérablement le coût des études et d’accueillir des étudiants aux profils différents. L’école se hisse ainsi à la première place des grandes écoles de management en termes de nombre d’alternants avec plus de 1500 étudiants alternants. Elle bénéficie notamment d’un grand réseau d’entreprises partenaires, d’une expertise professionnelle assurée par des professeurs expérimentés et spécialisés, et un Career Center qui assure un suivi précis et personnalisé aux étudiants.

Les périodes de formation théoriques alternent donc avec des périodes en entreprise dans un rythme de 3 semaines en entreprise et une semaine sur le campus, le tout entièrement pris en charge financièrement par l’entreprise. Les étudiants sont également rémunérés par l’entreprise d’accueil tout en se construisant une expérience professionnelle solide et ancrée.

 

Les cordées de la réussite, le travail en amont pour attirer des profils variés

L’école de management Montpellier Business School s’inscrit dans le cadre du programme national « les cordées de la réussite ». Sous forme de partenariats, l’école travaille en amont de l’admission avec des collèges et des lycées de quartiers sensibles de la ville. Ce dispositif a ainsi permis l’accompagnement de plus de 5500 lycéens et collégiens depuis sa mise en place en 2008. Il se matérialise par des leviers concrets en fournissant un suivi adapté aux lycéens en fonction de leurs aptitudes et attentes, avec la mise en œuvre du tutorat, de l’accompagnement académique, scolaire et culturel et de l’internat.

L’admission est également ouverte à tous, puisque, en dehors des classes préparatoires, le Programme Grande École attirent des profils très divers titulaires d’un Bac+2. Ce programme est ouvert à travers 8 voies d’accès différentes. Les concours sont donc adaptés aux spécificités des candidats, puisqu’il existe différents concours pour les étudiants nationaux (Prépas, admissions parallèles), internationaux ou encore pour les sportifs de haut-niveau.

 

Des parcours différents pour intégrer le Programme Grande École

Si la classe préparatoire reste la voie royale pour intégrer une grande école de management, il est possible de rejoindre un PGE après une autre formation. C’est le cas de Raphaëlle, qui a intégré Montpellier Business School après un DUT TC (devenu BUT TC suite à la réforme du DUT) : “À l’issue du DUT TC, je souhaitais poursuivre mes études et je n’avais pas envie d’une licence professionnelle. J’avais envie de sortir de l’IUT et d’entrer dans une grande école de management. À Montpellier Business School, j’ai bien aimé l’entretien de motivation, l’accueil des étudiants et j’ai eu un bon ressenti avec la ville. Contrairement aux étudiants de classes préparatoires, les étudiants qui viennent de DUT ont moins cette obsession du classement. Enfin, l’idée qu’il n’y ait pas de limite d’étudiants en alternance m’a définitivement convaincue de rejoindre MBS”. D’autres filières sont aussi appréciés des grandes écoles, comme les BTS (souvent après une prépa ATS), des licences universitaires ou encore des classes préparatoires littéraires et scientifiques.

 

La baisse des effectifs de classe préparatoire n’inquiète pas les grandes écoles

Montpellier Business School, arrivée cette année sur la banque d’épreuve Ecricome, a vu son nombre de candidature croître de manière importante. “Nous avons eu beaucoup plus d’inscrits aux oraux que les années précédentes. C’est un défi logistique pour les équipes et une bonne surprise pour MBS.” précise Audrey Hodicq, directrice des admissions à MBS. Une dynamique encourageante alors que les effectifs de classe préparatoire tendent à fléchir, notamment avec la baisse de 1.000 étudiants en septembre dernier, de quoi créer le doute pour les concours 2023. “Nous croyons au modèle de la classe préparatoire et souhaitons continuer de promouvoir cette filière auprès des lycéens. Il faudra voir comment évolue l’attractivité de la Prépa ECG dans les prochaines années. En revanche, nous ne croyons pas que le Bachelor en trois ans soit un concurrent frontal de la CPGE. Il ne faut pas toujours tout opposer” déclare Bruno Ducasse.

 

Montpellier Business School

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.