Échange en chine

Léo a eu la chance, pendant ses années Bachelor, d’étudier un semestre en Chine. Il décrit cette expérience comme unique car ce voyage a « changé sa perception du monde, l’image qu’il avait de lui-même et sa vision de l’avenir ».

Par Caroline Thomassin
Temps de lecture : 20min

 

Pourquoi avoir choisi d’étudier en Chine ?

Mon école a plus d’une centaine d’universités partenaires, cependant, la plupart de ces destinations nécessitent un score de TOEFL minimum de 80. Malheureusement je n’avais pas atteint ce score en Bachelor. Mon choix de destination s’est donc retrouvé extrêmement réduit à seulement quelques destinations et notamment une université en Chine, l’université de Binzhou. Pour être honnête, partir en Chine n’avait jamais été le rêve de ma vie jusque là, mais j’ai su considérer cette opportunité comme un nouveau défi, et me suis dit « why not ? »

 

S’adapter au mode de vie de la Chine

Dès mon arrivée, j’ai été confronté a un véritable choc culturel que j’avais sous-estimé. Avec d’autres étudiants de mon école, nous vivions directement dans l’université qui disposait d’un gigantesque campus à l’américaine. Cependant une fois arrivés dans les chambres, nous avons été un peu déçus face au manque d’hygiène, différente des standards que nous connaissons.

J’ai été confronté a un véritable choc culturel que j’avais sous-estimé.

 

Finalement, en bons français, nous avons tous passé la première semaine à nous plaindre de tout et rien. Plus tard lors du séjour, en faisant la conclusion de notre expérience en Chine, nous nous sommes rendus compte que ce comportement avait pu parfois être disproportionné, et traduisait un manque de maturité à l’époque. Le fait de se plaindre n’avait pas fait avancer les choses, au contraire. Nous étions arrivés — malgré nous — avec un cruel manque d’ouverture d’esprit. C’est en fait cela de vivre un choc culturel. Et s’adapter aux normes d’hygiène et de confort en fait notamment partie.

 

À découvrir aussi : Mon échange en Argentine

Echange en Argentine : Amira raconte son année à Buenos Aires

 

Étudier en Chine

J’étais étudiant à l’université de Binzhou, dans la province du Shandong, autrement dit une petite université (30 000 étudiants) dans une toute petite ville (3 millions d’habitants). Bien entendu tout cela à l’échelle gigantesque de la Chine. Nous avions cours du lundi au vendredi. La journée commençait à 8h et pouvaient se terminer à 18h10. Lors de ces cours, nous avons eu des matières classiques qui étaient des révisions de nos cours de 1ère et 2ème années (marketing, commerce international …), mais également des matières totalement nouvelles pour nous : culture chinoise, langue chinoise, cours de création d’entreprise en Chine, Kung-fu (en plein air à 8 heures du matin par tous les temps), économie chinoise, ou encore étude du livre « L’art de la guerre » de Sun Tzu.

 

À lire dans le même registre : “Erasmus, une aventure inoubliable”

 

Les cours n’étaient pas d’une difficulté majeure, mais parfois, l’anglais approximatif des professeurs qui avaient de surcroît un fort accent rendait la compréhension compliquée pour celui qui n’y était pas familier. Les étudiants chinois ont une capacité de travail hors du commun qu’on leur apprend dès le plus jeune âge. Nous avons pu constater cela notamment à travers des visites d’écoles maternelles et primaires. Dans le système éducatif Chinois, les enfants peuvent commencer les cours à 6 heures du matin, et les terminer à 22 heures. Ils font face à une stimulation constante et une exigence d’excellence à tous les niveaux dans le but de créer l’élite de demain.

 

Découvrez la vidéo que Léo a réalisée en Chine sur son échange

 

Comment s’intégrer au mieux en Chine ?

Au bout de deux semaines en Chine, nous avions parfaitement tous pris nos marques et habitudes. Je dois avouer que c’est à partir de ce moment que nous avons commencé à mieux apprécier l’expérience chinoise. Nous nous sentions enfin pleinement chez nous. Après chaque voyage, nous étions impatients de retrouver notre chambre, celle-là même que nous avions pourtant tant critiqué durant notre première semaine. Finalement, il suffit juste d’un peu d’ouverture pour se sentir chez soi.

A lire aussi : Mon échange au Canada

 

Comment s’est passé ton retour en France ?

Nous parlons beaucoup du choc culturel que nous pouvons vivre à notre arrivée dans ce pays étranger, mais moins du choc culturel que nous vivons à notre retour en France. Je l’ai jugé tout aussi puissant, et encore moins prévisible. Ma vie en Chine était devenue ma nouvelle normalité, si bien que j’en avais oublié ma vie en France. Cette expérience m’a changé plus que je ne m’y étais préparé, et ce dans tous les aspects de ma personnalité. Depuis cette experience, je suis retourné vivre 1 mois à Shanghai afin d’effectuer un stage intensif de Chinois, et je m’apprête à m’envoler pour le Japon pour ma dernière année d’étude en Master en vue d’obtenir un double diplôme entre ma business school française et une business school japonaise (NUCB).

Ton meilleur souvenir en Chine ?

L’ascension avec des amis des 7000 marches d’une des cinq montagnes sacrées de Chine en pleine nuit (le mont Tai), pour dormir à même le sol au sommet, dans le froid à 3 heures du matin, dans le but d’admirer le lever du soleil à 1400 mètres d’altitude. Un moment hors du temps.

 

Des conseils avant de partir en Chine ?

Si vous comptez partir en Chine, j’aurais trois conseils.

 

-Demande de VISA :

Étudier en Chine nécessite de la préparation. Pour cela, il vous faudra d’abord un VISA. Conseil : passez par une agence de gestion de VISA qui saura vous accompagnez et qui pourra faire un certain nombre de démarches à votre place, notamment les déplacements l’ambassade de Chine à Paris. J’ai choisi l’agence VSI VISA pour 30 euros et je n’ai rencontré aucun problème.

 

Attention ! En général, pour faire une demande de VISA en Chine, il vous faudra déjà avoir réservé vos billets d’avions, et surtout votre billet retour, puisque le gouvernement veut être sûr que vous repartirez bien à la fin de votre échange. Pour un billet Paris – Shanghai, comptez en moyenne un budget de 600 euros A/R.

 

– Vaccins spécifiques.

Pour partir en Chine, il vous faudra également faire des vaccins spécifiques, mais pour cela je vous laisse vous rapprocher de votre médecin traitant qui saura vous conseiller en fonction de la région dans laquelle vous partez. Toujours sur la question “santé”, pensez également à votre couverture médicale durant votre séjour. Pour ma part, j’ai choisi l’extension “assur’world” auprès de la MGEL.

 

– Last but not least

Avant de partir n’oubliez surtout pas d’installer un VPN sur vos ordinateurs et téléphones. Pourquoi ? Car en Chine les réseaux sociaux et la plupart des sites internet que vous utilisez chaque jour sont bannis à cause de la censure. Le VPN vous permettra alors de changer votre adresse IP pour celle d’un autre pays et de contourner cette censure. Mais attention ! La Chine est en train de bloquer de plus en plus de VPN, vérifiez bien avant votre départ si celui que vous allez choisir fonctionne bien encore en Chine. Pour ma part, j’ai choisi Express VPN, avec un abonnement de 6 mois pour 59$ et en ai été très satisfait.

 

Le mot de la fin

Avant de construire votre CV, ces expériences vous construisent personnellement et vous changent radicalement. Soyez ouvert à la découverte et au changement et tout sera magique. Rendez-vous sur mon site.

 

À découvrir aussi : Mon stage à Madrid

Stage à Madrid : Bianca partage son expérience

 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.