étudiant en médecine

Steve est étudiant en 5ème année de médecine. Il est donc en deuxième année d’externat. Depuis son entrée dans les études supérieures et plus encore depuis sa réussite au concours de médecine (après deux années de PACES), il cumule différents jobs étudiants. C’est seulement cette année qu’il a décidé de mettre un frein à ses activités professionnelles pour se consacrer à ses études.

Pourquoi as-tu décidé de prendre un job à côté de tes études de médecine ?

Personnellement j’ai pris la décision de travailler dans le but d’avoir un pied dans le monde professionnel avant tout. Je ne voulais pas me « contenter » de suivre mon cursus d’études. Néanmoins, j’ai fait en sorte que mes différents emplois soient compatibles mais aussi cohérents avec mes études de médecine. Pour prendre l’exemple de mon job étudiant en tant qu’aide-soignant, il m’a permis de mieux appréhender la réalité du travail des différentes personnes qui interviennent auprès des patients hospitalisés. 

 

J’ai fait en sorte que mes différents emplois soient compatibles mais aussi cohérents avec mes études de médecine. 

 

Dans un premier temps, j’ai décidé de travailler pour pouvoir financer la prépa que j’avais choisie en PACES. Ensuite, à partir de mes 19 ans, j’ai ressenti le besoin d’acquérir une certaine autonomie financière vis-à-vis de mes parents et cela m’a poussé à continuer à exercer plusieurs jobs étudiants. Ma décision de travailler a toujours été absolument personnelle. 

 

En vidéo : les études de médecine, par Clara 

 

 

Quels ont été tes différents emplois et comment les as-tu obtenus ?

J’ai occupé plusieurs types d’emplois. Pendant les vacances scolaires de mes deux années de PACES (petites vacances entre les deux semestres et vacances d’été), j’ai fait de l’Intérim et de la manutention. On m’avait parlé de la possibilité de travailler au sein des prépas médecine en faisant du secrétariat dès la fin de ma première année et j’ai saisi cette opportunité lorsque je suis rentré en P2. A partir de cette deuxième année, j’ai également occupé des postes d’infirmier en laboratoire d’analyse et d’aide-soignant (des « vacations » sont parfois proposées aux étudiants en médecine à la fin du stage infirmier qu’ils effectuent au début de la P2) tout en travaillant dans une bibliothèque médicale (étiquetage de livres et rangement principalement). Tous ces jobs se sont très bien passés. L’ambiance était plutôt agréable. 

 

A chaque fois, j’ai proposé ma candidature avec un CV et une lettre de motivation. J’ai ensuite passé des entretiens. De manière générale, j’ai géré mes recherches d’emplois seul. C’est seulement pour la rédaction de mon CV que mes proches m’ont aidé en me conseillant notamment de travailler à partir d’une application spécialisée. 

 

Je pense que c’est un plus de postuler à des postes qui correspondent à notre profil et en particulier à notre cursus. De cette manière, nos compétences sont souvent en adéquation avec ce que recherchent les recruteurs. 

 

De manière générale, je n’ai pas eu de difficulté à trouver des offres d’emplois et à être embauché. 

 

Dans le registre des études de médecine : 

Études de médecine : les étudiants exigent des garanties

 

Y a-t-il beaucoup d’étudiants qui travaillent en médecine ? 

Il n’y en a pas tant que ça à ma connaissance. Certains le font mais ce n’est pas la majorité. La plupart des étudiants en médecine qui travaillent donnent des cours particuliers ou font des babysittings. C’est finalement assez rare de tomber sur quelqu’un comme moi qui a un emploi en lien avec le milieu médical. Je sais que certaines assos de la fac de médecine proposent des jobs grâce à leurs partenariats avec des entreprises. Je pense par exemple à des plateformes de soutien scolaire comme « Parkours » qui recrutent pas mal d’étudiants en médecine. 

 

L’avantage quand on est en médecine et qu’on veut travailler, c’est qu’on a beaucoup de libertés concernant l’emploi du temps. La plupart de nos cours sont magistraux et nous n’avons pas d’obligation de présence (sauf pour les TD). Il est également possible de négocier des dispenses d’assiduité en accord avec la gestionnaire de la promo. En ce qui me concerne, j’ai déjà demandé à changer de groupe pour que mes cours en présentiel soient compatibles avec mes différents jobs. Les démarches administratives peuvent paraître un peu compliquées et longues mais en réalité c’est vraiment faisable. 

 

Les études de médecine sont réputées pour être très prenantes, comment faisais-tu pour gérer ton emploi du temps ?

Mon exigence principale lorsque je faisais des demandes d’emplois était de disposer d’une totale flexibilité dans mes horaires. Pour mon job de secrétaire à la bibliothèque mes horaires étaient fixés pour toute l’année mais je pouvais les modifier en présentant mes convocations aux partiels. Concernant mes autres CDD, ma manière de fonctionner était la suivante : je donnais mes disponibilités à mes employeurs en fonction de mes stages et de mes cours sur une période de trois mois et nous signions un CDD sur-mesure pour cette période. Je prenais également des vacations de nuit en tant qu’aide-soignant et j’ajustais leur volume selon mes disponibilités (je pouvais décider d’en prendre le jour même).

 

Mon exigence principale lorsque je faisais des demandes d’emplois était de disposer d’une totale flexibilité dans mes horaires.

 

Il faut savoir qu’on a entre 8 et 9 heures de cours par jour en médecine. La plupart ne sont pas obligatoires donc on est assez libres dans l’organisation mais on a beaucoup de travail perso si on ne va pas en cours. Moi je travaillais beaucoup à la bibliothèque pour être au point sur mes cours (tous les cours sont nationaux et envoyés en avance). Comme mes jobs étudiants me prenaient entre 34 et 40 heures par semaine en plus des cours, je faisais des emplois du temps assez serrés dans lesquels « tout avait un temps pour tout ». C’était assez compliqué, surtout à certaines périodes, mais ça a toujours plutôt bien marché. J’ai même réussi à conserver un peu de temps pour mes loisirs. Je sortais manger avec mes amis environ une fois par semaine par exemple. Je faisais des emplois du temps assez serrés dans lesquels « tout avait un temps pour tout ».

 

Découvrez le site de l’ANEMF (Association Nationale des Étudiants en Médecine) ici

étudiants en médecine

 

Un petit point légalité : les congés, les déclarations d’impôts, les contrats de travail, comment ça se passe ?

Quand on travaille en étant étudiant, nos contrats contiennent parfois des closes spécifiques. Assez souvent par exemple, notre salaire est majoré de 10% par rapport à la tarification horaire classique et en contrepartie nous n’avons pas de congés payés. 

La règle légale concernant les jobs étudiants (des moins de 26 ans) stipule qu’une déclaration des revenus devient obligatoire à partir du moment où l’on touche plus de 4495€ (3 fois le SMIC) par an, ce qui était mon cas. Si on est dans cette situation (et jusqu’à nos 25 ans), on peut choisir de déclarer personnellement nos revenus ou demander à être rattaché au foyer fiscal de nos parents. Personnellement je déclare mes revenus de manière individuelle. Les démarches sont relativement simples, d’autant plus que certains employeurs nous « mâchent le travail » en nous envoyant le détail de ce qu’on doit marquer sur notre feuille d’imposition. 

 

La règle légale concernant les jobs étudiants (des moins de 26 ans) stipule qu’une déclaration des revenus devient obligatoire à partir du moment où l’on touche plus de 4495€ par an.

 

Il est important de savoir qu’avoir un job étudiant est tout à fait compatible avec le fait de toucher une bourse ou des APL. Personnellement je touchais les deux quand je travaillais et je les touche toujours. La seule chose à prendre en compte est une potentielle modification d’échelon pour la bourse par exemple. 

 

À découvrir en lien avec médecine : Le Best of Twitter PACES

Best of Twitter PACES : Les meilleurs tweets des étudiants

Tes jobs étudiants te suffisaient-ils pour vivre ? 

Ca me suffisait amplement ! J’ai même pu mettre suffisamment de côté pour me permettre de ne plus travailler pendant mes dernières années d’études tout en restant indépendant financièrement si tout ce passe comme prévu. 

 

Pour toi, quels sont les avantages et les inconvénients quand on travaille à côté de ses études ?

Personnellement, je pense que le fait de travailler a un peu porté atteinte à ma réussite scolaire. En effet, toutes les heures que je consacrais à mes différents jobs n’étaient ni des heures de repos ni des heures de travail pour la fac. Cependant, je ne regrette pas du tout mon choix parce que cet inconvénient était plutôt moindre et je l’avais anticipé. De plus, je pense que les bénéfices sont très nombreux. Je recommande à tous les étudiants qui le peuvent de prendre un petit job car c’est une super manière d’acquérir une expérience professionnelle. Le top c’est de trouver un job en rapport avec ses études selon moi. Pour prendre un exemple, travailler en tant qu’aide-soignant m’a permis de beaucoup échanger avec le personnel médical et je pense que cela me permettra d’éviter beaucoup de malentendus et de tensions si je travaille un jour en tant que médecin dans un hôpital. 

 

Des conseils pour un étudiant qui aimerait avoir un ou plusieurs petit(s) job(s) ? 

Si je devais donner deux conseils à un étudiant, ce serait les suivants : 

  1. Essayez de trouver un job étudiant très flexible et compatible avec vos études
  2. Diversifiez vos recherches et ne vous limitez pas aux jobs « classiques » (fast food ou babysittings par exemple). 

 

À découvrir : comment réussir ses études de médecine après PACES ?

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.