maïeutique

Présentation des multiples débouchés en maïeutique. En partenariat avec l’ANESF, nous revenons sur les différents métiers des sages-femmes.

Par Fanny Toussaint et Cassandra Ouab
Temps de lecture : 3 min

Les débouchés en maïeutique

Maïeutique

 

Le métier de sage-femme en quelques mots 

Les sages-femmes sont spécialisées dans la vie sexuelle et affective des femmes. Elles les accompagnent de leur première consultation gynécologique à leur suivi après la ménopause. Une femme ne présentant aucune pathologie peut être prise en charge, durant toute sa vie génésique, uniquement par une sage-femme en ce qui concerne son suivi gynécologique, son suivi de grossesse, son accouchement, son suivi post-partum (après l’accouchement), sa rééducation du périnée..

 

Les sages-femmes ont aussi pour rôle de dépister une éventuelle pathologie et de rediriger, le cas échéant, la patiente vers un professionnel spécialisé (gynécologue, endocrinologue…). Nous pouvons continuellement enrichir nos compétences et nous diversifier avec la formation continue. 

 

Les études de sage-femme

La formation de sage femme n’aboutit pas à un diplôme universitaire, mais à un diplôme d’état. Ainsi, la formation ne s’inscrit pas telle quelle dans le processus de Bologne. C’est un système dérogatoire. Les études se composent de 2 cycles respectant de près les obligations du

processus de Bologne. Elles confèrent donc aux étudiant•e•s sages-femmes un grade master : Le diplôme de formation générale en sciences maïeutiques en 3 ans, a une valeur de grade licence et le diplôme de formation approfondie en sciences maïeutique en 2 ans, octroie le grade master.

 

Dans le même registre : Les conseils de Victoria pour réussir ses études de Sages-Femmes

 

Les formations complémentaires

Les sages-femmes peuvent aussi compléter leur formation initiale par des Diplômes Universitaires (DU) ou Diplômes Inter- Universitaires (DIU) qui peuvent durer de quelques mois à plusieurs années. Il en existe une multitude : tabacologie, accupuncture, addictologie, sexologie,.. 

 

Ils permettent aux sages-femmes d’élargir leur champ de compétences et de réaliser, par exemple, les échographies de dépistage durant la grossesse, des consultations d’addictologie, de sexologie. Suite à l’obtention du diplôme d’état, les sages-femmes peuvent aussi entreprendre différents masters pour continuer d’enrichir leurs compétences. Elles peuvent aussi poursuivre dans la recherche.

 

pastedGraphic.png

 

Les sages-femmes souhaitant faire de la recherche doivent passer par une autre discipline (virologie, épidémiologie,..) car il n’existe pas de doctorat en sciences maïeutiques. Elles doivent donc faire 5 ans d’études supplémentaires. Une thèse doctorale (acquise après un master à l’université suivie d’un doctorat) est qualifiée par une section d’un CNU (par exemple : épidémiologie, maïeutique, santé publique,..) sur demande de l’intéressé•e, puis, les thésé•e•s doivent s’inscrire sur une plateforme nommée “Galaxie” leur permettant d’être embauché•e•s par l’université en tant qu’Enseignant•e•s Chercheur•se•s (EC). 

 

À découvrir en vidéo : Devenir Sage-Femme : études, conseils et clichés

 

Les débouchés en maïeutique 

Le métier de sage-femme est extrêmement varié. En effet, une multitude de possibilité s’offre à elles. 

 

À l’Hôpital, elles peuvent travailler en salle d’accouchement, en service de suites de couches, en service de grossesses à haut risque, en Procréation Médicalement Assistée (PMA), en consultations de suivi de grossesse, de gynécologie ou de planification familiale… 

 

En libéral, elles peuvent se charger du suivi de grossesse, du suivi gynécologique, accompagner les patientes dans la préparation à la naissance et à la parentalité, effectuer la surveillance, souvent à domicile de femmes enceintes présentant des pathologies de la grossesse, pratiquer la rééducation du périnée…  

 

Elles peuvent aussi travailler en Centre Maternel ou en Protection Maternelle et Infantile où elles accompagnent des femmes, en situation de précarité la plupart du temps, durant leur grossesse.

 

Les sages-femmes peuvent également être sages-femmes enseignant.e.s ou enseignant.e.s chercheur.se.s (suite à un doctorat et une qualification de leur thèse), s’engager dans des missions humanitaires…

 

C’est une profession variée avec un volet humain, psychologique et social extrêmement riche. Si vous avez des questions n’hésitez pas à contacter lAssociation nationale des étudiant.e.s sages-femmes (ANESF).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.