AssociationsIFMK Rouen

Aujourd’hui, nous partons à la rencontre du BDE La Roukine, Bureau Des Étudiants de l’IFMK de Rouen. Découvrez les missions, les événements et les objectifs de cette association phare pour les étudiants en Kinésithérapie de Rouen.

 

Pouvez-vous présenter le BDE La Roukine ?

Notre association est un BDE (bureau des étudiants) et s’appelle La Roukine. Elle a aujourd’hui 38 ans et était anciennement connue sous les noms Rouen Kiné Étudiant ou encore l’ASEK (Association Sportive des Etudiants Kinés). Elle regroupe chaque année environ 25 membres en 2ème et 3ème années d’études à l’Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie de Rouen (IFMK de Rouen). Notre institut compte 220 étudiants, le BDE regroupe donc près d’⅛ des étudiants, ce qui fait qu’il est indubitablement au cœur de leur cadre de vie. Nous avons un emblème, le renard et une couleur fétiche, le noir, que chaque adhérent arbore lors des événements étudiants pour représenter sa filière. (Léon Grégoire, Président).

 

En lien avec l’IFMK de Rouen : les études de Kinésithérapie

 

Quelles sont les missions du BDE de l’IFMK de Rouen ?

En tant que Bureau Des Étudiants, notre devoir est d’écouter les besoins et les envies des adhérents de notre association. De cette façon nous mettons en place des moyens tels que la « box », une plateforme où nous regroupons tous les cours des différentes promotions ; nous réalisons des événements comme expliqués ci-dessous, qui permettent une cohésion inter et intra-promotion. Toujours dans ce but d’union, les goodies à l’effigie de notre logo permettent une identification aisée des kinés. Nous entretenons également des partenariats qui accordent aux étudiants différentes opportunités et avantages.
Nous initions et mettons donc en place de multiples projets qui servent aux étudiants et aux prestataires avec qui nous collaborons. (Ballé Lucile, pôle Event)

 

3 événements phares ?

Les IKE : c’est le plus gros événement inter-kiné de l’année. Ce sont 3 jours qui regroupent tous les instituts de France, avec 2500 participants chaque année. Ces 3 jours sont rythmés de sport, de rencontres, de rires, de partage et de soirées entre étudiants et diplômés en masso-kinésithérapie. Le weekend des IKE, aussi appelé le pays des rêves est souvent décrit par les étudiants comme le meilleur weekend de leur vie. (Douville Léa, pôle inter-kiné)

La SUPCUP : le plus gros évènement étudiant rouennais. Les étudiants des différentes écoles et facultés de Rouen s’affrontent dans une soirée et une journée de compétition sportive. Cela regroupe environ 4000 étudiants qui donnent tout pour leur institut afin de ramener une coupe pour celui-ci. La caractéristique de cette compétition sont les points attribués aux supporters, ce qui donne lieu à une ambiance de folie et une forte cohésion. C’est le 2ème meilleur week-end de l’année en kiné après les IKE. ((Cottard Théo, Pôle Sport)

La soirée en l’honneur des néo-diplômés d’Etat : Comme le veut la tradition, chaque fin d’année, nous célébrons la réussite de nos aînés. Les petits plats sont mis dans les grands, les costumes sont de sortie et les rêves sont réalisés. Le bureau de La Roukine prépare cette soirée durant les 6 mois qui la précèdent et est aidé par les trois promotions qui succèderont aux diplômés le jour J.
Cet événement, plein d’émotions, est l’occasion de réunir une dernière fois tout l’institut, avant que chacun des néo-kinésithérapeutes ne prenne la route dans des directions différentes… (Ballé Lucile, pôle Évent)

 

Comment s’organisent les études de Kiné à Rouen ?

Les études de kiné durent 5 ans. Il faut d’abord passer par une 1ère année universitaire pour y être admis. Ensuite, les études de kiné sont divisées en 2 cycles : le 1er cycle concerne les 2ème et 3ème années, il se centre sur les enseignements théoriques et pratiques. Des stages en secteur salarié et libéral sont effectués dès la 2ème année. Le 2ème cycle quant à lui, concerne les 4ème et 5ème années, il se concentre également sur les aspects théoriques auxquels s’ajoutent la physiopathologie, mais il s’axe particulièrement sur la professionnalisation de l’étudiant. La durée des stages augmente avec les cycles pour finir par le clinicat, le stage de dernière année d’une durée de 3 mois. (Demange Luana, Pôle Communication)

Quelles sont les préoccupations au sein de l’IFMK de Rouen ?

Nos préoccupations actuelles concernent surtout les frais de scolarité illégaux pratiqués dans notre IFMK qui est public. Nous sommes contraints de payer notre cursus près de 20 000€ depuis 2018, ce qui est la conséquence d’un désengagement de la Région Normandie dans le financement de notre formation. Nous nous battons pour que cette situation inacceptable entre dans la conscience collective et nous sommes prêts à poursuivre la Normandie en justice en collaboration avec la FNEK (Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie).
Nous sommes aussi concernés par la réforme des études de santé, et nous suivons de près le remodelage des enseignements afin que nous soyons dans l’idéal intégrés à l’université et reconnus bac +5 avec un niveau master. (Maridaux Léna, pôle FNEK)

 

À découvrir aussi : les étudiants en kinésithérapie montent au créneau

Normandie : les étudiants en kinésithérapie montent au créneau

 

Comment s’articule le bureau du BDE La Roukine ?

Le bureau de la Roukine 2019-2020 comporte 25 personnes. Il regroupe 12 pôles. On retrouve un bureau restreint qui comprend le pôle Présidence (un président et un vice-président général), le pôle Trésorerie et le pôle Secrétariat pour un total de 4 personnes. Les 9 autres pôles comptent chacun un vice-président (VP) responsable des actions du pôle en question et 1 ou 2 chargé(s) de missions (CM) qui l’accompagne(nt) dans ses missions. Généralement, le VP du pôle est un étudiant en 3ème année ayant déjà effectué un mandat l’année précédente en tant que CM. Le ou l’un des CM du pôle, en 2ème année, est donc amené à devenir VP l’année suivante. Ce roulement permet d’être formé avant de former à son tour et assure une bonne passation.
Il existe les pôles Sport, Événementiel, Prévention-Citoyenneté-Jeunesse-Solidarité (PCJS), Inter-Kiné, Partenariat, 3R (Réseau Rouennais et Régional), FNEK (Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie) et Goodies et Communication. Nous échangeons sur des plateformes de communication et nous réunissons environ 1 fois par mois pour décider des actions à mener, des projets à développer, aborder les sujets du moment, bref toutes les problématiques qui peuvent incomber à un BDE ! (Léon Grégoire, Président)

 

Quels sont vos projets ? En lien avec l’IFMK de Rouen ?

Nous avons le souhait de favoriser les accès aux différents masters en lien avec notre formation, comme c’est le cas du « Master 1 Anatomie », auquel les étudiants du 2ème cycle peuvent accéder depuis l’année dernière.
L’objectif est de développer et de multiplier ce type d’enseignements pour permettre à certains étudiants de construire un début de parcours dans la recherche. Notre volonté serait qu’au fur et à mesure des années, nous élargissions le choix des possibilités en master pour potentiellement avoir accès à des enseignements spécifiques de la kinésithérapie respiratoire, de la recherche concernant la performance sportive, etc.  (Dubois Thomas, pôle 3R)

De plus, nous développons de multiples projets solidaires tout au long de l’année avec le pôle PCJS. Cette année par exemple, la création d’un calendrier 2020 pour Octobre Rose (mois dédié au soutien des personnes atteintes du cancer du sein) a été réalisé. Les 250 calendriers ont été revendu et ont généré 650€ de bénéfices qui seront bientôt reversés à la Ligue contre le Cancer. Nous avons en outre effectué un Micro trottoir dans les rue de Rouen afin de sensibiliser le grand public au sujet du Movember. Ce mouvement international soutient les cancers masculins et se caractérise par le port du la moustache durant le mois de novembre. Ce mouvement étant peu connu, la vidéo du micro trottoir a permis sa découverte pour certains grâce aux réseaux sociaux. Nous aurons tout au long de l’année d’autres actions solidaires, de prévention, de citoyenneté ou encore concernant la jeunesse. Nous pouvons citer notamment notre participation au Téléthon au mois de décembre afin de récolter des dons en proposant des massages aux passants et des photos avec notre mascotte. Également, l’hôpital des nounours a lieu au mois de janvier afin de faire découvrir le monde médical aux enfants de maternelle à travers leurs doudous et de dédramatiser le port de la blouse blanche à leurs yeux. De plus, plusieurs « Bouge ton EHPAD » ont lieu, matinées durant lesquelles les étudiants se déplacent dans un EHPAD afin de passer un moment avec les personnes âgées. Pour finir, nous avons d’autres projets à développer sur des sujets divers et variés tels que la lutte contre l’homophobie, l’abandon animal, la trisomie 21 etc. (Arnoult Marine, pôle PCJS)

Au niveau événementiel, nous avons à cœur de développer les liens inter-filières et inter-instituts, grâce à de nombreux projets cette démarche aboutit un peu plus d’année en année. Nous pouvons citer la PHARKIMED, soirée qui rassemble les étudiants des filières pharmacie, kiné et médecine, pour le côté cohésion inter-filière. Ou encore, pour le côté union inter-institut, nous pouvons mentionner le BAR, un événement en collaboration avec les instituts de Berck et d’Amiens, ou encore l’Aller-Retour qui fera sa première édition cette année, avec nos collègues de La Musse. (Ballé Lucile, pôle Event)

 

Votre lien avec la FNEK ?

Nous avons un pôle dédié à la FNEK au sein du BDE La Roukine. Les étudiants élus ont un rôle d’intermédiaire entre les problématiques étudiantes notamment liées aux frais de scolarité en région Normandie et la FNEK. Les étudiants membres de la FNEK ont un contact privilégié avec des instances ministérielles et sont experts dans leur domaine. Cette FédérationLa FNEK organise des événements régulièrement auxquels nous nous rendons, ce qui permet d’échanger en présentiel avec des étudiants venant de toute la France. Nous faisons aussi remonter les informations concernant notre cursus à la FNEK et elle nous aide à faire avancer les choses mais aussi à prendre exemple sur d’autres régions où les études de kinés ne fonctionnent pas de la même façon. (Hareng Lucie et Maridaux Léna, pôle FNEK)

 

En complément de ces informations sur le BDE La Roukine et l’IFMK de Rouen, découvrez aussi le site de la FNEK (Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie) ici

Que vous apporte cet engagement au quotidien ?

L’engagement dans une association nous apporte énormément de positivité et de nouveautés dans notre vie. Ce rôle nous permet de développer notre rigueur, notre méthodologie dans la réalisation de projets, notre sens de la communication, notre esprit critique ou encore notre esprit d’équipe. Nous investissons pas mal de temps dans nos actions pour le BDE, mais toujours avec plaisir. Nous sommes donc dévoués à faire fonctionner au mieux notre association pour que les adhérents puissent profiter de ses services et apprécient d’en faire partie. Cet engagement associatif nous promet de découvrir les prémices du travail de groupe, d’organisation et de rigueur qui nous seront bénéfiques pour notre futur exercice professionnel en tant que kinésithérapeute. (Arnoult Marine, pôle PCJS)

 

Ce que vous retiendrez de cet engagement ?

La Roukine est pour beaucoup notre première association, elle a fait naître chez certains une passion pour l’associatif. On retrouve cet engagement chez nos prédécesseurs qui sont nombreux à s’engager dans de nouvelles associations étudiantes au régional ou même au national. Nous ne serions pas étonnés que les membres actuels suivent bientôt le même chemin… (Ballé Lucile, pôle Event)

 

Votre meilleur souvenir au sein de l’IFMK de Rouen ?

Il serait difficile de ne choisir qu’un seul souvenir comme étant le meilleur. Nous avons tous vécu un/des mandat(s) de manière différente et chacun d’entre nous a été marqué par différents événements.
Si vous questionnez les membres de La Roukine, le pôle Inter-Kiné vous répondrait les IKE, le pôle PCJS soulignerait la vidéo réalisée pour Octobre Rose, tandis que la FNEK vous parlerait sans aucun doute de l’Assemblée Générale organisée à Rouen. On pourrait citer encore de nombreux événements tels que la SupCup, la soirée en l’honneur des néo-DE ou bien le BAR…
Finalement, chaque projet a marqué les membres de ce bureau et les adhérents de manière personnelle et a apporté sa dose de cohésion qui nous tient tant à cœur.

 

Un dernier mot ?

Au fil des années nous voyons notre bureau progresser, créer de nouveaux projets, améliorer les anciens et cette évolution ne serait possible sans une bonne passation et sans le soutien de nos adhérents et de nos partenaires. Un « merci » me paraît alors adapté pour clôturer cette interview, merci à tous ceux qui contribuent aux progrès de l’association et à son relatif « succès ». (Ballé Lucile, pôle Event)

Voilà nous avons fait en sorte de répondre de la manière la plus complète possible !
Nous vous souhaitons une bonne lecture et espérons travailler avec vous à de nouvelles occasions !

Et comme on dit chez nous… La Roukibise ! 🦊🖤

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires