Déconfinement

C’est un long feuilleton qui suscite l’intérêt des milliers d’étudiants français : comment se dérouleront les partiels du second semestre, compte tenu de la situation sanitaire ? Et, toutes les universités n’ont pas adopté les mêmes règles. Certains établissements souhaitent même maintenir des partiels en présentiel.

 

Certaines universités parisiennes envisagent l’organisation de partiels dans leurs locaux en juin prochain

Si la Conférence des Présidents d’Université (CPU) insiste auprès des établissements afin de mettre en place des examens à distance, avec les mots d’ordre que sont l’équité et la bienveillance, certaines universités souhaitent tout de même organiser des évaluations en présentiel.

 

Pour l’Université Paris Diderot (rattachée à l’Université de Paris), faire venir les étudiants en juin et ce, malgré la situation sanitaire, reste l’option numéro un.

 

Dans un mail envoyé aux étudiants, le doyen de l’université a rappelé que les évaluations à distance ne sont que des solutions de recours pour le moment. “L’évaluation sur site en présentiel après le 15 juin reste l’option première (à l’exception des rattrapages de DFASM3, cf infra), et l’examen à distance n’est donc envisagé que comme solution de secours. Ceci nécessite que nous préparions des examens dans un format compatible avec ces deux options, et garantissant dans le même temps une bonne évaluation des acquis.

 

Pour Marine, étudiante en médecine à l’Université Paris Diderot, tout cela manque de concertation : “Revenir en partiels alors qu’on a été mobilisés en première ligne face à l’épidémie ne me semble pas très intelligent. De plus, nous avons appris la semaine dernière que les partiels, qui devaient être des questions rédactionnelles prendront finalement la forme de QCM. Nous sommes donc très inquiets.” Une autre université parisienne, Sorbonne Université, serait également en réflexion comme le rapporte Le Figaro.

 

À noter qu’à l’Université Paris Diderot, le Conseil de Gestion s’est réuni dans la semaine. Il semblerait que les partiels se tiendront à domicile, même si aucune confirmation par mail n’a encore été envoyée aux étudiants.

 

Par ailleurs, la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU) est l’organe compétent pour décider des modalités d’évaluation des enseignements. Elle fait partie du Conseil Académique. Depuis plusieurs jours dans chaque université, les commissions se réunissent dans les différents établissements pour délibérer sur l’organisation et les modalités des examens.

 

À Paris 1 Panthéon Sorbonne, vers un second semestre sans épreuves ?

À Paris 1 Panthéon Sorbonne, la solution n’a pas encore été trouvée. En effet, la CFVU s’est réunie le 16 avril et a voté l’annulation des examens du second semestre et la validation automatique de celui-ci, avec comme moyenne pour le second semestre la moyenne du premier semestre.

 

“Considérant la situation exceptionnelle à laquelle l’université Paris 1 fait face, face à la pandémie mondiale de Covid_19, les modalités d’examens et d’évaluation pour toutes les composantes de l’université sont aménagés afin d’assurer un principe d’équité entre tous les étudiants de l’université Considérant qu’il n’y a eu que quatre semaines de cours au deuxième semestre, que l’accès aux ressources informatiques reste inégalitaires et que la crise du Covid_19 a empêché de très nombreux étudiants d’avoir accès aux ressources en lignes, la CFVU de l’université Paris 1 qui s’est réuni ce jour décide de l’annulation des examens du second semestre, et la validation automatique de celui-ci, avec comme moyenne pour le second semestre la moyenne du premier semestre.

 

Considérant qu’il est impossible d’assurer les rattrapages dans des conditions sanitaires assurant la sécurité de chacun, et que les inégalités d’accès aux ressources informatiques tout comme les conditions inégales de confinement rompent le principe d’équité, les rattrapages des examens du premier semestre sont annulés. Tous les étudiants concernés valideront celui-ci avec la note de 10/20, et suivant le renvoi de la moyenne du premier semestre sur le second, le second sera validé également à 10/20. Pour les mêmes raisons, sur toute l’année, aucune défaillance ne pourra être constatée, et ce pour tous les étudiants de l’université. Concernant tous les stages qui participent à la diplomation, ceux-ci seront neutralisés dans toutes les composantes.

 

Toutefois, le président de l’Université, après consultation de la Direction des Affaires Juridiques et Institutionnelles, a annoncé que cette disposition ne respectait pas le code de l’Education et qu’il ne souhaitait pas la mettre en oeuvre. Une nouvelle CFVU va donc être convoquée au plus vite pour mettre en place un autre projet qui rentre dans les clous de la loi. La nouvelle CFVU se réunira le 30 avril pour déterminer l’organisation des examens à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Des examens à distance pour la majorité des universités

De nombreuses universités ont choisi de faire passer les examens de fin d’année en distanciel. Plusieurs options existent alors pour les enseignants et les étudiants. Tout d’abord,  les étudiants pourront être amenés à composer lors d’épreuves écrites non surveillées. Il s’agit alors d’évaluations sous forme de rendus (mémoires, dissertations, exposés, etc.) ou d’évaluations écrites sans surveillant (plateforme LMS et type Moodle). La deuxième option pour les partiels du second semestre pourrait être la mise en place d’examens oraux (web conférence, téléphone, etc.). La dernière possibilité pour les partiels du second semestre serait la tenue d’évaluations écrites surveillées (temps limité, non accès aux documents etc.).

 

C’est le cas notamment de l’Université de Bourgogne, dont les partiels se dérouleront à partir du 26 mai 2020. L’université insiste sur les deux principes fondamentaux qui guideront les enseignants et les étudiants : confiance et bienveillance. Pour l’Université de Bourgogne, pas question de discriminer les étudiants mal équipés pour passer leurs examens. En effet, il sera mis à disposition des étudiants n’ayant pas d’équipement informatique du matériel (clef 4G, carte SIM, etc.) : “L’université met en place un système de don informatique et finance la connexion mobile à hauteur de 25 gigas par étudiant dépourvu de forfait jusqu’à la fin des examens à distance“.

 

“Aucune évaluation en présentiel n’est envisageable”

À l’Université de Rouen Normandie, “aucune évaluation en présentiel n’est envisageable”. Les examens seront organisés à distance à Rouen, même si aucune date n’est encore donnée. Même son de cloche à Paul Valéry Montpellier 3, puisque l’université restera fermée jusqu’en septembre. Le conseil des études et de la vie universitaire de Montpellier 3 a aussi fait voter une motion spéciale pour inciter les jurys à “l’indulgence vis-à-vis des étudiants ayant vécu une grande difficulté personnelle en prenant en compte les résultats du premier semestre par exemple pour l’attribution de points jury”.

 

À découvrir aussi : Comment rester vif pendant le confinement ?

Confinement : Comment retrouver la motivation pour apprendre ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.