fage

Pour la 20ème année consécutive, la FAGE recense l’évolution des différentes dépenses auxquelles les étudiants devront faire face dès la rentrée. Nombreux sont les étudiants non-éligibles aux bourses étudiantes, mais toutefois issus de milieux modestes et qui ne peuvent pas faire face au coût de la rentrée sans recourir au soutien de la famille, ou à défaut, au salariat. Pour ces étudiants, la FAGE a mis en place un indicateur du coût de la rentrée et du coût de la vie pour un étudiant ainsi que des solutions pour s’en sortir.

Par Rayan Nour

Temps de lecture : 8 min

 

#1 Fonctionnement de l’indicateur FAGE du coût de la rentrée

L’indicateur FAGE du coût de la rentrée existe depuis maintenant 20 ans et calcule le coût moyen de la rentrée pour un étudiant de 20 ans en licence universitaire sans double inscription, ne vivant plus au domicile familial et non-boursier. Cet outil unique en son genre permet chaque année de calculer les augmentations ou éventuellement, les réductions des frais étudiants. Ce calcul se fait grâce à deux facteurs :

  • Les frais de la vie courante : loyer, alimentation, transports, loisir, vêtements…
  • Les frais spécifiques à la rentrée universitaire : frais d’inscription, cotisation à la CVEC, assurance logement, matériel pédagogique…

Aussi, les fédérations territoriales et associations générales étudiantes membres de la FAGE réalisent chacune une étude spécifique à leur ville, département ou région, pour apporter des éléments plus précis aux étudiants en fonction de leur localisation.

 

Découvre les conseils de Thotis pour la vie étudiante !

Vie Étudiante & Conseils

 

#2 Une hausse significative des frais pour les étudiants !

L’inflation qui touche une grande partie des Français n’épargne pas non plus les étudiants. En effet, le coût global du coût de la rentrée pour un étudiant français non-boursier s’élève à 2 527 € en 2022 soit 7.38 % de plus qu’en 2021. Bien que l’inflation soit un élément important de cette hausse, il n’en est pas l’unique cause, car cette évolution s’explique aussi par les stigmates laissés par la crise sanitaire. Selon les estimations de l’enquête, un étudiant non-boursier dépensera environ 1 219,82 € par mois pour les dépenses de la vie courante. Soit une hausse de 1,92 % par rapport à l’année précédente. À ces frais de la vie quotidienne, viennent s’ajouter les frais spécifiques de rentrée qui s’élèveront, en moyenne, à 1 307,20 € en 2022 car après une légère baisse de 0,96 % des frais de rentrée en 2021, leur coût flambe en 2022 avec une augmentation de 13,04 %. Cette flambée des frais de rentrée s’explique par une augmentation exorbitante de nombreux frais dits “immuables” par la FAGE :

  • Augmentation de 32,21 % des frais de complémentaire santé
  • Augmentation de 15,82 % des frais liés au matériel pédagogique
  • Augmentation de 11,83 % des frais d’assurances logement

Cette enquête permet de constater une dégradation quasi-annuelle de la situation sociale des étudiants en France, poussant certains étudiants à cumuler les emplois et par conséquent à moins se consacrer à leurs études. Le FAGE demande donc à l’État d’agir en premier lieu sur la question des aides sociales et de leur réforme pour répondre aux problématiques d’inégalités d’accès aux études, à la réussite et à l’insertion.

 

Santé mentale, bien-être étudiant : la FAGE répond à vos interrogations !

Santé mentale, bien-être étudiant : la FAGE répond à vos interrogations

 

#3 Une augmentation de 55 % du coût de la rentrée en 20 ans

En 2003, le coût global de la rentrée pour un étudiant non-boursier s’élevait à 1760 euros, en 2022, ce même coût global de la rentrée s’élève à 2 733,25 euros, soit environ 1000 euros de plus. Malgré plus de 20 ans d’alerte de la part de la communauté universitaire sur les conditions de vie étudiante, le coût de la rentrée pour un étudiant est en constante augmentation année après année. D’après la FAGE, qui milite encore aujourd’hui pour une réforme du système d’aides sociales étudiantes, « la refonte des bourses sur critères sociaux ne doit pas être vue comme le seul paramètre à changer afin d’améliorer les conditions de vie des étudiants, mais bien la partie centrale d’une restructuration plus exhaustive de leur système d’accompagnement social. »

 

Tu t’interroges sur ta poursuite d’études ? Pose tes questions à un étudiant !

Contacte un Étudiant – Mise en relation entre lycéens et étudiants

 

#4 Les revendications de la FAGE

En 2017, la FAGE a obtenu la fin du régime de sécurité sociale étudiante (RSSE) et donc la fin d’une dépense annuelle de 217 € pour chaque étudiant. Néanmoins, l’accès à la santé reste encore aujourd’hui difficile pour les étudiants, et pour preuve : deux étudiants sur cinq ont renoncé à des soins depuis mars 2020, 43% de ces étudiants les y ont renoncé pour des raisons financières. Pour répondre à cette problématique liée à la santé, la FAGE demande entre autres l’évolution des Services de Santé Universitaires pour faire d’eux de réels acteurs de la santé des étudiants et permettre une offre de prévention et de soins complète sur tous les territoires, en lien avec les professionnels de santé de proximité. Aussi, la FAGE demande le recrutement de plus de psychologues pour prévenir, accompagner et soigner les risques psycho-sociaux chez les étudiants. Selon, la FAGE, 60 % des jeunes se sentent épuisés, 58 % sont nerveux et 20 % d’entre eux cumulent ces ressentis avec de l’anxiété, de l’irritabilité et de la tristesse. Aussi, parmi les nombreuses revendications de le FAGE, on trouve une demande de déploiement du Pass’Sport à l’ensemble des étudiants. Il s’agit d’une allocation de rentrée sportive, à hauteur de 50 € par étudiant de moins de 28 ans bénéficiaires des bourses sur critères sociaux. Cet élargissement à tous les étudiants, permettra une diminution des inégalités que connaissent les étudiants issus de la classe moyenne basse. La précarité ne touchant pas seulement les étudiants français, la FAGE s’intéresse de façon active aux injustices que rencontrent les étudiants internationaux et exilés. Ainsi, elle demande un accès aux bourses sur critères sociaux dès l’arrivée en France des étudiants extracommunautaires, mais aussi l’extension de l’exonération automatique des frais d’inscription accordée aux étudiants réfugiés à toutes les personnes en situation d’exil. Enfin, le budget lié au logement étant souvent celui qui pèse le plus dans la balance, de nombreux étudiants se retrouvent à dormir dans des campings ou à la rue, à la rentrée. Pour faciliter l’accès au logement à ces étudiants, la FAGE demande notamment une réforme des APL en calculant celles-ci sur le loyer moyen du bassin de vie.

 

Découvre les classements Thotis ! 

Tous les classements Thotis

 

5# Les propositions et actions de la FAGE

D’après la FAGE, seule une véritable réforme structurelle des aides sociales étudiantes pourrait répondre profondément à la précarité étudiante. Elle propose de calculer l’aide en fonction de la situation personnelle de l’étudiant et des revenus déclarés au foyer fiscal auquel il est rattaché.
Au quotidien, la FAGE mène des actions pour faciliter la vie des étudiants et les accompagner en cas de problèmes. La FAGE a notamment mis en place des dispositifs de logement provisoire de sorte à pouvoir accompagner et loger de façon provisoire les étudiants sans toits, faute de moyens et/ou par manque de place. La FAGE est également à l’initiative des AGORAé, crée en 2011 et réparties sur l’ensemble de territoires, il s’agit de 35 lieux de vie, d’échanges et d’accès aux droits pour les étudiants, où l’on trouve systématiquement des épiceries sociales et solidaires.

 

Contacte un Étudiant – Mise en relation entre lycéens et étudiants