STAPS en péril

Depuis le début de l’année scolaire, la situation de la filière STAPS au Mans s’est dégradée et est devenue extrêmement préoccupante. Les étudiants contestent via le Hashtag “STAPS en péril”. Retour sur cette situation alarmante.

 

STAPS en péril

 

STAPS en péril

Voilà maintenant plusieurs semaines que les étudiants de la filière STAPS du Mans ne savent pas comment se déroulera leur année, ou si elle aura lieu tout court. Pour cause, un manque énorme de professeurs et de moyens mis à disposition par le Rectorat. Rappelons que STAPS est une filière qui a beaucoup de succès.

 

En vidéo : Présentation de la filière STAPS par Mathias Goasmat 

C’est la loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants) qui marque l’augmentation des effectifs de STAPS ces derniers années. Comme les étudiants réussissent mieux en première année, les effectifs des années suivantes augmentent en conséquence. De plus, la filière présente un taux d’insertion professionnel remarquable après licence (84,5%) et grimpe à environ 91% après un master, selon la C3D (Conférence Des Directeurs et Doyens STAPS). Les classes au Mans sont surchargées, avec 20 professeurs pour environ 1000 étudiants, soit une moyenne de 50 étudiants par professeur, bien au-delà des chiffres préconisés par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et du Rectorat.

 

Les professeurs assurent 2500 heures supplémentaires par an. Les vacataires prennent en charge 3000 heures d’enseignement par an.  

 

 

Enfin, selon Loïc Rosetti, membre de l’ANESTAPS (Association Nationale des Étudiants en STAPS), ce n’est pas un cas isolé : “De nombreux UFR STAPS sont en difficulté à cause d’un manque de moyens financiers et humains. Des cas similaires se présentent sur l’ensemble du territoire ; Le Mans n’est que la partie émergée de l’iceberg. Malgré un budget alloué à l’augmentation des capacités d’accueil, cela n’est toujours pas suffisant pour de nombreux UFR STAPS, qui ont de grandes difficultés à assumer leur programme de formation.”

 

 

 

Quelles actions sont mises en place pour protester contre cette situation ? 

Les étudiants et les professeurs titulaires demandent l’embauche au plus vite d’au moins 7 nouveaux enseignants pour rentrer dans les clous et retrouver des classes de taille normale. Par ailleurs, le directeur Patrick Fanouillet, ainsi que tous les enseignants ont démissionné de leurs fonctions en signe de protestation, afin d’attirer l’attention du Rectorat. Une délégation du corps enseignant a été reçue ce mardi 15 octobre à la préfecture pour essayer de trouver des solutions. Les étudiants, quant à eux, continuent de se mobiliser depuis 4 jours, en soutien aux enseignants, dans le but d’exprimer leur colère et interpeller le Préfet sur la situation. 

 

pastedGraphic_1.png

 

Quelles conséquences pour les étudiants en STAPS? 

Pour les étudiants, un énorme point d’interrogation plane au-dessus de leur année scolaire. Avec la démission des professeurs, les cours ne peuvent plus être assurés par les titulaires ; seuls les vacataires peuvent maintenir l’établissement à flot. La tenue d’un jury d’examen est désormais rendue impossible, sans compter sur l’absence de la direction qui ne facilite pas les choses. L’ensemble du personnel demande une résolution rapide des problèmes, avec une augmentation des moyens afin d’améliorer les infrastructures qui, quant à elles, ne sont pas toutes adaptées, et bien sûr, l’embauche de nouveaux professeurs pour pallier le manque d’effectif.

Affaire à suivre…

 

Dans le même registre : La journée Nationale du Sport et du Handicap

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.