PacesRéussir sa PACESPACES à Besançon

Le tutorat Santé de Besançon a accepté de donner quelques conseils afin d’aider les étudiants pour réussir PACES à Besançon

 

Réussir PACES à Besançon

 

Par Thibaud Arnoult
Temps de lecture : 5 min

Partie 1 : Comment réussir PACES à Besançon?

réussir PACES à Besançon

Comment s’organisent la rentrée et les trois premières semaines à Besançon?

La fac propose 2 jours de pré-rentrée durant lesquels les différentes filières accessibles depuis la PACES (maïeutique, médecine, métiers de la rééducation, odontologie et pharmacie) sont présentées par les professeurs ainsi que les différentes UE composant l’année. 

Puis une 3ème journée de pré-rentrée est organisée par le tutorat. 

Nous délivrons alors aux PACES des informations plus pratiques (comment vivre à Besançon, la journée type d’un étudiant en PACES…) et nous leur donnons nos premiers conseils en méthodologie. 

Avoir nos points de vue à nous, étudiants qui sommes passés par là, rassure les primants à deux jours d’une rentrée bien spéciale pour eux. 

Puis après un dernier week-end de répit, c’est le jour J, et ils attaquent directement avec les premiers cours.

À découvrir (vidéo) : Les études de médecine

Vos trois conseils pour réussir PACES à Besançon ?

En premier, le plus important : dormir suffisamment (ce qui signifie ni trop… ni pas assez !) pour être en forme physiquement et mentalement. Car oui, engranger autant de connaissances nécessite de l’énergie et il va falloir tenir dans la longueur.

Ensuite pour réussir PACES à Besançon, la motivation est primordiale. Il faut se rappeler toujours pourquoi on est là, rester curieux autant que possible de ce que l’on apprend (car il y a beaucoup de cours très intéressants). En cas de baisse de moral, il faut aussi savoir persévérer !

Enfin, il est indispensable de se connaître soi-même, de cerner quelles sont nos techniques d’apprentissage les plus efficaces et s’y tenir, s’organiser pour ne pas prendre de retard ou en tout cas en prendre le moins possible.

 

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre?

Se comparer aux autres ou se dévaloriser : nous n’avons pas tous le même rythme ! Aussi, paniquer en se disant que l’on est en retard par rapport aux autres peut amener un mauvais stress qui ne pousse pas vers le haut. 

Au contraire : il ne faut jamais baisser les bras mais essayer de ne pas prendre trop de retard, ne pas perdre de temps sur les chapitres que l’on connaît bien pour creuser les chapitres plus difficiles ou que l’on aime moins. Et même s’il ne faut pas se mettre au travail trop tardivement dans l’année, il ne faut pas non plus dépasser ses propres limites car la PACES dure neuf mois, il ne faut donc pas être déjà à bout de souffle au bout du premier !

À découvrir aussi (Vidéo) : Comment devenir Sage-Femme

Comment bien s’organiser et ne pas céder à la pression?

Rester régulier dans son travail, même si les premiers classements des colles peuvent être décevants/peu encourageants. Si on ne comprend pas bien un cours, il vaut parfois mieux le reprendre plus tard, par exemple le week-end. En cas de non motivation, on peut commencer par travailler un cours qu’on aime pour se mettre dans le rythme puis continuer avec les cours plus difficiles ou qu’on aime moins

Savoir dire stop, c’est-à-dire s’arrêter au bon moment pour prendre des pauses (lorsque l’on arrive à saturation et qu’on ne peut plus rien absorber, après avoir bien travaillé, quand on craque et qu’on a envie d’abandonner…) et savoir prendre des pauses efficaces : inutile de culpabiliser, quand on décide de s’arrêter il faut le faire vraiment pour se ressourcer car forcer sans être efficace et en ayant la tête ailleurs c’est plus une perte de temps.

Mais attention, pour réussir PACES à Besançon, il faut aussi savoir s’accorder des petites récompenses à chaque pas en avant pour s’encourager soi-même (et oui cette année vous êtes votre meilleur(e) allié(e) ! )

Aussi, avoir un cadre de vie organisé et propice au travail : atmosphère calme, se fixer des objectifs réalisables pour la journée afin d’être content de soi et bien mentalement au moment de se coucher le soir.

Nous conseillons de faire du sport, ou au moins sortir marcher une fois par jour : quand on reste enfermé en face de ses cours on devient vite “fou“ et des fois, prendre l’air, ça peut sauver une après-midi midi mal engagée.

En ce qui concerne la méthodologie, il peut être bien de varier les plaisirs : flashcards, tableaux, fiches ou refaire les schémas des cours, c’est à chacun de trouver sa méthode en en testant plusieurs durant les premiers jours et selon ses points forts ! En revanche, faire des annales régulièrement reste indispensable, cela permet de s’auto-évaluer dès qu’on en éprouve le besoin pour se rassurer ou pour cible quels sont les points à revoir. Toutefois, il n’y a pas de matière à privilégier, on peut consacrer plus de temps aux matières à gros coefficient mais tout doit être vu, il ne faut pas faire d’impasse car l’enjeu est trop gros.

Vos recommandations sur les sorties et le mode de vie à adopter?

La quantité et la durée des sorties varient vraiment d’une personne à l’autre, elles doivent être adaptées aux besoins de chacun. 

Cependant, il est primordial de s’autoriser des moments de détente, car travailler sans se reposer est contre-productif ! Pour cela, il faut essayer au maximum d’avoir un mode de vie sain : manger équilibré, à des heures fixes mais aussi pas trop vite, pas n’importe où (dans les transports ça sert à rien, c’est pas du temps gagné), boire beaucoup d’eau, dormir suffisamment, faire du sport… De plus, il faut savoir s’accorder de petits plaisirs : regarder un épisode de sa série, se faire un gâteau, etc… pour se féliciter soi-même des progrès et objectifs atteints. Par exemple, le chocolat tous les jours c’est bon pour le cerveau et ça remonte le moral. Quand on en éprouve le besoin, on peut aussi s’autoriser quelques excès en allant au cinéma, en voyant ses amis ou sa famille. 

L’essentiel est de profiter de ses pauses pour décompresser tout en sachant aussi se remettre au travail après. Pour cela, il faut s’écouter et comprendre comment fonctionne son moral et son corps. 

Quelles sont les spécificités de la PACES à Besançon?

Nous avons la chance, à Besançon, d’avoir un surveillant d’amphi qui assure une atmosphère calme, propice au travail mais aussi de bonne ambiance et de camaraderie (par exemple, il chante bon anniversaire à chaque PACES dans l’année) ! 

Ce n’est pas l’amour fou entre les étudiants de première année mais ça n’a rien à voir avec ce que peuvent vivre les grandes villes.

Concernant le tutorat, nous avons deux principales particularités : les étudiants participent gratuitement à toutes les séances et à tous les événements proposés par le tutorat, cela renforce donc l’égalité des chances. 

De plus, le tutorat de Besançon est composé uniquement de 35 tuteurs sous contrat, ainsi les PACES nous connaissent vraiment bien et nous pouvons être plus proches d’eux, ils se sentent à l’aise quand ils s’adressent à nous.

Dans le même registre : Les études en Soins Infirmiers

Réussir PACES à Besançon est-il possible, quel que soit son background?

Il ne faut pas se leurrer : certains backgrounds favorisent la réussite en PACES, ne serait-ce que le niveau de vie ou bien le fait d’avoir un bac S qui apporte quand même des bases scientifiques très utiles en PACES. 

Cependant, on a tous des exemples en tête : bac ES qui réussissent, des étudiants qui n’ont pas eu de mention qui réussissent mieux que leurs collègues ayant eu une mention très bien, des étudiants qui se sont ré-orioentés et qui ont décroché leur année du premier coup… 

En fait ce qui compte c’est le travail et la motivation qui sont deux éléments indépendants du background. Tout le monde peut y arriver s’il travaille efficacement. Ça joue sur tout, la quantité de travail, la résistance à la pression des partiels, il faut un vrai objectif et une envie viscérale d’atteindre son objectif.

Est t-il encore possible de réussir PACES à Besançon sans payer les prépas privées?

OUI, largement. À Besançon le tutorat apporte pratiquement tout ce qu’une prépa privée peut apporter, voire plus mais surtout gratuitement.

Partie 2 : Le Tutorat Santé Besançon 

Le Tutorat Santé Besançon est une institution de la faculté de Santé de Besançon en place depuis 1985, chapeauté par deux professeurs de l’université. Ce sont 35 étudiants tuteurs étudiants en 2 et 3ème année de médecine et pharmacie recrutés par l’université sur dossiers et entretiens. Leur rôle est d’encadrer et préparer les premières années au concours qui les attend. À cette équipe se joignent également des tuteurs bénévoles, étudiants des autres filières afin que chacune d’elles soit représentée. L’étudiant a donc une prise en charge de qualité quel que soit le concours choisi. 

À regarder aussi : Devenir Kinésithérapeute 

Le Tutorat est une initiative de la Faculté de Santé de Besançon et est le seul service de préparation au concours reconnu et soutenu par cette dernière. Tout étudiant inscrit en PACES à Besançon est par défaut inscrit au tutorat, il n’y a pas de démarche supplémentaire à fournir. Le Tutorat étant financé par la faculté et l’Université, tout est gratuit pour les étudiants. On peut aussi préciser qu’il n’y a besoin d’aucune inscription pour participer aux séances : chacun est libre de venir ou non à la séance qu’il souhaite.

 

Quelles sont vos missions?

En premier lieu, nous organisons des colles que l’on corrige en amphi dans la foulée. Il y en a deux par semaine, qui portent à chaque fois sur une UE. Durant la correction, les PACES peuvent ainsi poser leurs questions et ne pas rester bloqués sur une incompréhension. Ensuite, nous organisons des séances supplémentaires sous forme d’ED pour les cours les plus difficiles à appréhender.  Les plus gros événements de l’année pour le tutorat sont toutefois les partiels blancs : il y en a un à chaque semestre et ils réunissent à chaque fois presque toute la promo. 

Ayant lieu à une ou deux semaines des concours, les partiels blancs sont un entraînement très représentatif des vrais partiels et sont indispensables pour nos PACES. Enfin, nous mettons à disposition des PACES une plate-forme sur laquelle ils peuvent trouver toutes les annales corrigées de certains concours et de toutes les colles de tutorat des années précédentes.

Outre ce pôle d’aide scolaire, une grande part de nos actions sont tournées vers l’orientation et la réorientation. Nous organisons la journée portes ouvertes de la faculté, nous sommes aussi responsables de la présentation de la PACES et des filières de santé dans les lycées et les salons d’orientation.  Enfin, nous accordons également une grande importance au bien être de nos étudiants, ainsi nous mettons en place chaque année un système de parrainage pour s’assurer que chaque personne qui le souhaite, épuisé(e), d’avoir un ou une étudiant(e) d’année supérieure vers qui se tourner. Nous organisons aussi des sorties sportives, et nous essayons de donner des conseils bien-être, notamment via Instagram que l’on a développé l’an dernier. Ainsi, nous avons très à cœur l’idée d’un compagnonnage, tant au niveau de l’apprentissage théorique que du mental. 

Pourquoi recommanderiez vous aux étudiants de s’inscrire au Tutorat ?

Tout d’abord c’est gratuit alors on peut vraiment dire que ça ne coûte rien d’y aller ! Il n’y a même pas besoin de s’inscrire, chacun est libre de participer ou non aux séances qui l’intéresse. De plus les colles corrigées ne durent qu’une heure, elles ne font donc pas perdre trop de temps aux étudiants. Ensuite comme dit plus haut, seul le tutorat est validé par les professeurs, qui corrigent chacun de nos QCM, c’est l’entraînement au concours le plus fiable et plus proche du vrai concours. 

Le contenu proposé par le tutorat est en effet validé par la faculté, soutenu, aiguillé et corrigé par les professeurs qui rédigent le concours. De plus, les séances se déroulent généralement dans la bonne ambiance, pour la plupart de nos étudiant, elles constituent une pause qui permet de travailler autrement qu’en restant seul face à ses cours. En effet en tant que tuteur on pousse tout le monde à participer et on observe ainsi parfois un esprit d’entraide entre les étudiants précieux dans cette année difficile.

Nous essayons par ailleurs d’utiliser différents méthodes pédagogiques pour aider à la compréhension et assimilation des cours et pour que chacun y trouve son compte.

Retrouvez le Tutorat Santé de Besançon sur Facebook ici

Quelles sont vos relations avec le corps professoral de l’Université de Besançon?

Ils nous soutiennent tous, encouragent les étudiants à se tourner vers nous et de participer à nos séances, relisent nos QCMs… Nous fonctionnons en harmonie. 

De plus les professeurs référents du Tutorat sont très à l’écoute et nous suivent tout au long de l’année tout en nous laissant l’espace nécessaire à la réalisation de nos propres projets. 

Trois atouts du Tutorat de Besançon ?

– Bonne ambiance que l’on pourrait presque qualifier de familiale.

– Compétent et polyvalent, le tutorat se renouvelle chaque année pour s’adapter aux besoins de ses usagers.

– Complémentaire aux cours magistraux dispensés par les professeurs, le tutorat apporte une aide au niveau scolaire mais également morale aux étudiants.

Plus personnellement, qu’est ce que vous apporte d’aider les premières années ?

Nous donnons directement la paroles aux tutrices et tuteurs qui ont bien voulu témoigner :

“Un sentiment de rendre ce qu’on m’a offert, d’offrir une égalité des chances donc être en accord avec mes principes. En étant tuteur ou tutrice, on peut retirer le voile un peu dramatique de cette année. En effet réussir son année est accessible à tous, c’est possible à passer sans (trop) souffrir, et le tutorat permet de montrer ça. J’ai l’impression de servir de relais, de pont entre les profs et les étudiants, c’est très gratifiant.” – Diane

“Être tutrice me permet d’agir concrètement pour l’égalité des chances ce qui est très important pour moi. Je sais comme être en PACES peut être difficile, donc je suis également très heureuse de pouvoir égayer la journée des étudiants que je vois en séance, en apportant ma bonne humeur ou tout simplement en offrant une oreille à qui ils peuvent se confier. 

Enfin, j’ai l’honneur d’être référente communication, ce qui me permet d’acquérir de nouvelles compétences et de réaliser des projets qui m’étaient chers comme la création du compte Instagram du tutorat.” – Marie

“Le compagnonnage, pilier central de la formation médicale est basé sur la transmission des connaissances. De mon point de vue, le Tutorat s’inscrit parfaitement dans cette dynamique d’apprentissage et c’est pour cela qu’il est tant plébiscité. Durant mon année de PACES, la prise en charge assurée par le Tutorat m’a permis de bénéficier de nombreux conseils pédagogiques et d’organisation, d’astuces et d’un soutien psychologique qui m’ont aidés dans ma réussite au concours. Il est fondamental pour moi de pouvoir m’investir à mon tour, de participer à la hauteur de mes connaissances à cet esprit de compagnonnage partagé durant toutes les études médicales au titre de la formation continue. J’estime indispensable de se rendre utile et de pouvoir aider les nouveaux étudiants qui découvrent la première année, tant « stigmatisée » par les médias. Le Tutorat correspond à mes valeurs, étant gratuit et accessible à tous les étudiants, indépendamment de leurs origines sociales, à l’inverse de ce que proposent les prépas privées aux frais d’inscription souvent exorbitants. 

Le Tutorat est assuré étudiants bénévoles, sérieux et motivés de deuxième et troisième année dont la candidature a été spontanée. Les tuteurs sont proches des étudiants de première année, ayant quasiment le même âge qu’eux et gardant une expérience récente de la PACES. Le Tutorat est un formidable moyen de développement personnel, de dépassement de soi par une ouverture aux autres et un investissement permanent. Ainsi, mon engagement au sein du tutorat me permet d’apporter ma pierre à l’édifice de la formation médicale à l’instar de ce que les tuteurs m’ont apporté durant ma PACES, tout en faisant le lien avec les professeurs et leurs attentes. Le Tutorat c’est aussi apprendre à améliorer son organisation, s’adapter aux autres, apprendre à expliquer pour être le plus didactique possible, tout en apportant des nouvelles idées, des nouveaux projets, gages d’un Tutorat pérenne, évolutif et efficace. Le Tutorat permet de plus d’acquérir des qualités pédagogiques comme prendre la parole en public, savoir s’adapter aux modes de compréhension et aux questions de chacun et appréhender le travail en équipe. Enfin, assumer un engagement de tuteur permet une remise à niveau constante, car préparer des qcms et savoir les expliquer impose de revoir les cours de PACES, de les maîtriser parfaitement et bien souvent de les approfondir.” – Audrey

“Énormément de satisfaction. Aider des étudiants à réussir PACES à Besançon” – Valentin

 

PACES à Besançon

PACES à Besançon

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires