International ISG

L’ISG forme chaque année près de 4 500 étudiants au sein de ses programmes. Grâce à son réseau de partenaires internationaux, il offre à ses étudiants de multiples opportunités de doubles diplômes et d’échanges. Matthew Kelly, Directeur des programmes internationaux de l’ISG, nous présente la portée internationale de l’École !

 

Pour en savoir davantage sur l’ISG, retrouvez notre dernière vidéo :

 

 

Par Morgan Verres

 

Pouvez-vous présenter l’ISG ?

Matthew Kelly : Créé en 1967, l’Institut Supérieur de Gestion est une grande école de commerce membre de la Conférence des Grandes Écoles et du Chapitre des Écoles de Management. Parmi son panel de formations, l’ISG propose deux programmes visés par l’État : un Programme Grande École, délivrant un diplôme visé Bac+5 et un Bachelor en Management International.

 

La spécificité de l’ISG est d’avoir ses campus au cœur des villes. L’école est présente à Aix-en-Provence, Bordeaux, Genève, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Strasbourg, Toulouse, et enfin, le campus le plus ancien se trouve à Paris.

 

Pourquoi l’ISG a-t-elle fait de l’international sa force ?

Matthew Kelly : L’international fait partie intégrante de l’ISG depuis sa création. C’est un axe de développement essentiel, répondant aux besoins d’ouverture et de compréhension d’un monde globalisé dans lequel nos étudiants, futurs managers, sont amenés à évoluer.

Depuis la création de l’ISG, nos étudiants partaient, d’ores et déjà, à l’international : en Asie et en Amérique du Nord. Cette initiative fait de l’ISG une école visionnaire et cela nous a permis de créer un réseau très important de partenaires internationaux. Nous comptons à ce jour 160 partenaires internationaux dispersés dans 60 pays.

Depuis l’existence de l’école, nous avons également développé un réseau d’alumnis très important. Nous avons au total environ 25 000 almunis, et ce, partout dans le monde. 

Par conséquent, lorsque nos étudiants partent en séjour académique, ils ont de très grandes chances de trouver quelques anciens élèves sur place. Ce qui peut être rassurant pour un étudiant venant d’arriver dans un pays qu’il ne connaît pas.

 

Comment avez-vous introduit l’international dans vos programmes ?

Matthew Kelly : L’international existe dans notre école depuis toujours. Donc c’est tout naturellement que nous l’avons introduit dans notre contenu pédagogique. Que cela soit pour le PGE ou le Bachelor en Management International, nous proposons des cours 100% en anglais, et ce, dès la première année. 

Nous pensons qu’il ne suffit pas seulement de dispenser des cours en anglais pour ouvrir nos étudiants à l’international. Mais de leur faire vivre, par le biais de challenges et de projets, des pédagogies à la façon anglo-saxon.

Cette internationalité permet d’avoir des formations avec des élèves provenants de différents horizons. À l’ISG, nous accueillons environ 40 nationalités différentes. Cette multiculturalité ne peut qu’enrichir nos étudiants.

Nous disposons également de 160 partenaires internationaux qui permettent à nos étudiants de suivre une année dans une de ces universités et d’obtenir un double diplôme.

En résumé, la stratégie internationale de l’ISG vise donc à combiner les dimensions académiques, l’ouverture professionnelle par l’accès à des réseaux d’acteurs économiques et par la découverte culturelle.

Découvre l’ISG avec notre page interactive !

ISG – International Business School (Paris, Bordeaux, Lyon…)

 

À quel moment peut-on partir en échange universitaire ?

Matthew Kelly : Pour le Bachelor en Management International, il est possible de partir en échange universitaire dès la deuxième année et pendant un semestre. Toutefois, l’étudiant peut choisir de ne pas partir en deuxième année. En effet, il peut aussi choisir de partir durant la totalité de sa troisième année en échange académique. En faisant ce choix, cela permet à l’étudiant de valider un deuxième diplôme dans une université partenaire (notamment en Irlande ou en Grande-Bretagne, par exemple). 

Enfin, les étudiants peuvent partir en échange international à partir de la quatrième année pour le PGE. En fonction de leur choix de destination, les étudiants ont la possibilité de valider à la fois le diplôme visé bac +5 de l’ISG, mais aussi un MSc ou un MBA de l’université partenaire.

 

À quoi sert un échange ? Comment s’organise-t-il ?

Matthew Kelly : Un échange académique permet de changer d’horizon, à apprendre autrement et à se découvrir.

Il faut savoir que le slogan de l’ISG est « Osez le monde ! », ce qui appuie fortement cette notion d’internationalité. Plongés dans un univers multiculturel, ces échanges permettent aux étudiants d’ouvrir leurs esprits. De plus, nous encourageons fortement les étudiants revenant d’un échange international, de rencontrer les étudiants qui s’apprêtent à partir. Cela permet un double accompagnement lors des préparatifs : l’étudiant est guidé par un autre étudiant, mais aussi par le département des Relations internationales de l’ISG.

De plus, la pédagogie de l’école est de faire éclore des potentiels. Donc les échanges internationaux permettent également aux étudiants de repérer et de mieux cerner les potentiels de marché. C’est donc uniquement en découvrant le monde, que les étudiants peuvent voir, s’inspirer de ce qui se fait à l’étranger et donc compléter leurs compétences.

 

À part un échange universitaire, existe-t-il d’autres options à l’ISG ? (Double diplôme / stages, etc.)

Matthew Kelly : Comme expliqué plus tôt, tous les étudiants de l’ISG ont la possibilité de vivre une expérience internationale : échanges académiques d’1 ou 2 semestres au sein de nos 160 universités partenaires dans 60 pays. Il ont également le choix parmi 60 doubles diplômes. Les étudiants peuvent aussi effectuer des stages et année de césure à l’étranger !

Les destinations possibles en échange académique sont nombreuses : Europe, Asie, Amérique latine, Amérique du Nord, Océanie, Moyen-Orient. Enfin, les étudiants peuvent se préparer à l’international en suivant une formation, comme le PGE, totalement en anglais.

 

En quoi suivre le PGE 100% en anglais est-il un plus pour l’étudiant ? 

Matthew Kelly : Nous estimons que si un étudiant choisit de faire le PGE, c’est qu’il a un projet en tête. Il se lance dans un cursus de 5 ans et il a compris que l’anglais est un outil fondamental qui pourrait le faciliter grandement dans ses projets professionnels futurs.

Le PGE est une voie royale vers un diplôme visé BAC+5, si en plus l’étudiant choisit de le faire 100% en anglais, c’est une garantie supplémentaire pour lui de travailler à l’internationale.

Tu veux en savoir plus sur l’international à l’ISG ? Inscrits-toi à la JPO du 29 janvier : https://www.isg.fr/bmi/inscription-jpo

 

Que dites-vous aux jeunes qui appréhendent un peu de partir à l’international ?

Matthew Kelly : C’est assez rare qu’ils appréhendent, ils ont justement qu’une seule envie en arrivant chez nous : partir ! Mais pour ceux pour qui ça a été le cas, on les incite à côtoyer les étudiants internationaux que nous accueillons à l’ISG. Ces étudiants sont exactement dans la situation que les étudiants s’apprêtant à partir redoutent. Cela permettra à ces derniers d’échanger avec les premiers concernés et donc de récolter tous les conseils bénéfiques pour eux. 

De plus, l’étudiant ne prépare pas son échange seul, l’équipe des relations internationales l’accompagne tout au long du processus ! 

Enfin, en tant que membre de l’équipe pédagogique, il est également important de discuter avec l’étudiant sur ses appréhensions. A-t-il vécu une mauvaise expérience dans un pays étranger ? A-t-il peur de l’inconnu ?

En fonction des réponses, nous le guidons vers un éventuel départ ou non.

 

 

International ISG