devenir chirurgien-dentiste

Chloé Pocquet, vice-présidente de l’UNECD, présente les études d’odontologie et explique comment devenir chirurgien-dentiste. Études, matières, débouchés : elle nous dit tout sur les études de chirurgie dentaire ! Si tu souhaites des renseignements sur le PASS ou la LAS, découvre notre page dédiée ici !

Par Thibaud Arnoult
Temps de lecture : 10 min

Devenir Chirurgien-Dentiste

 

Chloé, peux-tu revenir sur ton parcours depuis le lycée ? Et le moment où tu as souhaité devenir chirurgien-dentiste ?

Après avoir obtenu mon Baccalauréat Scientifique (spécialité physique), je suis entrée en PACES à l’Université Paris Descartes. Une fois le concours passé, j’ai commencé ma deuxième année d’odontologie.
Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, les études d’odontologie m’ont toujours attirée. Lors de ma 3ème , j’ai effectué un stage de 2 semaines dans un cabinet dentaire. Ce stage m’a énormément plu et m’a permis de réaffirmer mon choix pour ces études.

 

En vidéo, le témoignage de Maxence sur les études d’Odontologie et ses conseils pour devenir chirurgien-dentiste (2019)

 

Quelles sont les études pour devenir dentiste ?

La première année est une année commune : soit en PASS, soit en LAS. Si tu veux plus de renseignements sur cette année commune avec la réforme de la PACES, je t’invite à faire un tour sur la page dédiée PASS / LAS ici !

En vidéo : découvre le PASS et la L.AS :

Sinon, les études de chirurgie dentaire s’organisent en plusieurs phases :

Les années pré-cliniques (2ème et 3ème années) durant lesquelles nous réalisons de nombreux TP. Ces TP permettent de s’entraîner au maniement des différents instruments d’odontologie (turbines, contre-angle…).
Les années cliniques (4ème et 5ème années) durant lesquelles nous effectuons un stage chaque semaine à l’hôpital. Lors de ces stages, nous suivons et soignons des patients de A à Z, tout en étant encadrés par nos professeurs. En parallèle de notre stage, nous continuons d’avoir des cours et des TP à la faculté.

 

En fin de 5ème année, nous avons le choix, soit réaliser un 3ème cycle court afin de devenir omnipraticien, soit passer le concours de l’internat afin de se spécialiser. Si nous choisissons le cycle court, nous effectuons notre 6ème année à l’Université en continuant de réaliser notre stage clinique en plus d’un stage actif en cabinet. Le concours de l’internat nous donne accès à 3 voies de spécialisations : l’orthodontie, la chirurgie orale (spécialité à double entrée médecine / dentaire) ou médecine bucco-dentaire. Bien sûr tout au long de notre vie nous avons l’occasion de nous former via divers Diplômes Universitaires, Certificats d’Enseignement Supérieur ou autres formations privées.

 

Peux-tu nous présenter 3 matières phares en chirurgie dentaire ? Et celle que tu aimes le plus ?

Il existe 6 disciplines principales en dentaire : la parodontologie, l’odontologie restauratrice et endodontique, la chirurgie buccale et pathologie, la prothèse, l’odontologie pédiatrique et enfin l’orthopédie dento-faciale.

Pour n’en décrire que quelques-unes :

La parodontologie s’intéresse aux tissus de soutien des dents. Les maladies parodontales peuvent être superficielles (gingivite) ou profondes (parodontite). Cette matière regroupe l’ensemble des actes visant à améliorer l’hygiène bucco-dentaire des patients, à éliminer les facteurs aggravants de la maladie afin de pouvoir conserver les dents sur l‘arcade.

L’odontologie conservatrice et endodontie (OCE) concerne les soins de caries et les traitements de racines. Une carie peut être superficielle ou profonde, mettant plus ou moins en jeu la vitalité de la pulpe (le paquet vasculo-nerveux présent à l’intérieur de la dent). Il faut donc parfois dépulper la dent, on parle de traitement endodontique. Lors du soin, il faut conserver au maximum le tissu dentaire, car aucun matériau n’est aussi performant que la dent en elle-même.

La prothèse regroupe un ensemble d’actes qui ont pour objectif de réhabiliter une fonction masticatoire. La prothèse peut être fixée (comme les couronnes sur dents ou implants, les bridges…) ou amovible. Cette discipline est artisanale (le prothésiste avec qui nous travaillons réalise chaque prothèse manuellement) mais utilise de plus en plus les nouvelles technologies. En effet, depuis plusieurs années, des caméras optiques se développent permettant de prendre des empreintes sans matériau à empreinte. La prothèse fixée est ensuite modélisée en 3D avant d’être usinée par des machines.

Personnellement, j’adore la prothèse : cette discipline permet de créer une vraie relation avec le patient. On prend le temps d’être à l’écoute de ses doléances, de ses envies. On prend en compte l’aspect esthétique mais aussi fonctionnel. Avec cette discipline, on redonne littéralement le sourire à nos patients.

 

À découvrir aussi : Devenir orthoptiste 

Devenir Orthoptiste : études, matières et débouchés

 

À qui s’adresse le métier de chirurgien dentiste ?

Un étudiant en odontologie doit avant tout avoir l’âme d’un soignant, en effet nous ne soignons pas une bouche mais un être humain à part entière. Il faut donc être capable d’écouter notre patient, de le rassurer afin de créer une relation de confiance. Par ailleurs, notre métier étant avant tout manuel, un étudiant se doit d’être agile de ses mains. Toutefois, cette compétence s’acquiert au fur et à mesure des années (même si certains débutent leur formation avec une agilité naturelle).

 

A tes yeux, quels sont les atouts des études en dentaire ?

Cette formation a l’avantage de nous plonger directement dans la pratique. Dès la 2ème année nous effectuons divers TP et en 4ème année nous soignons nos propres patients en stage. Il faut aussi avoir un mental d’acier : c’est une formation difficile, qui peut être parfois stressante ou angoissante mais qui en vaut le coup. En effet, avoir la santé d’un patient entre les mains n’est pas forcément facile à gérer dans un premier temps.

Les chirurgiens-dentistes exercent à plus de 90% en libéral. Nous sommes donc nos propres patrons, nous choisissons nos horaires, l’équipe avec laquelle nous souhaitons travailler. C’est un métier qui permet de s’organiser comme on le souhaite et donc d’avoir du temps libre à côté pour se consacrer à sa famille, ses passions.

Lorsque nous sommes omnipraticiens, nous avons aussi l’avantage de suivre le patient dans sa globalité. Nous le voyons à chaque étape de sa vie et de celles de sa famille. Nous n’intervenons pas seulement à une étape de la prise en charge. C’est assez grisant de voir le travail fini et de rendre enfin le sourire au patient.

 

Pour candidater en 2021 sur Parcoursup, comment ça va s’organiser ? Quels sont les changements avec la fin de la PACES ?

En 2021, les lycéens ont 2 possibilités :

– S’inscrire en parcours spécifique « accès santé » avec une option d’une autre filière (PASS).

– S’inscrire en licence avec une option « accès santé ». A partir du 20 décembre, chaque licence avec accès santé précisera à quelles filières de santé elle permet de candidater.

 

Tous les renseignements sur le PASS ou la LAS sont à découvrir ici !

PASS (ex-PACES) : Comment maximiser ses chances ?

 

Ce que tu as le plus aimé pendant tes études ? (Rencontres ? Professeurs ? Ambiance…)

L’ambiance après la PACES est formidable, on a enfin le temps de découvrir la vraie vie étudiante. J’apprécie aussi beaucoup la possibilité de s’organiser comme on le souhaite. L’emploi du temps des études supérieures est plus ou moins chargé selon les facultés, mais de manière générale il est possible de consacrer du temps à nos hobbies/passions.

 

En dentaire, nous avons la chance d’être un nombre assez restreint par promo (en raison du numerus) ce qui permet de dialoguer avec nos professeurs plus aisément (nous ne sommes pas fondus dans la masse comme dans d’autres filières à l’Université)
Après, je suis encore étudiante donc il me reste beaucoup de choses à découvrir.

 

Quels sont les débouchés concrètement, pour devenir chirurgien-dentiste ?

Les étudiants en chirurgie dentaire peuvent décider de devenir omnipraticien ou de se spécialiser. Toutefois la formation continue est de rigueur et les chirurgiens-dentistes peuvent se former dans n’importe quelle discipline tout au long de leur vie / carrière. Dans 90% des cas les chirurgiens-dentistes exercent en libéral. Toutefois, il est aussi possible d’être salarié ou bien de faire une carrière hospitalo-universitaire ou encore de la recherche.

 

À découvrir aussi : Les études en soins infirmiers

Devenir Infirmier : matières, débouchés et admissions

 

Peux-tu nous présenter la vie associative en odontologie ? (et l’UNECD ? )

Dans chacune des 16 facultés de chirurgie dentaire, il y a une corporation locale en charge de la vie étudiante. Cette association s’occupe des évènements culturels, festifs, sportifs mais aussi académiques (avec le système des ronéos : à tour de rôle, un étudiant va en cours et partage sa prise de note avec l’ensemble des étudiants inscrits aux ronéos). Les étudiants en chirurgie dentaire sont aussi extrêmement investis en ce qui concerne la solidarité. Par exemple, cette année, les 16 corporations étudiantes ont décidé de lancer un partenariat avec l’association CleanWalker afin d’organiser plusieurs récoltes de déchets partout en France. Par ailleurs, plusieurs projets de solidarité internationale, à l’initiative de corporations locales, voient le jour. L’UNECD supervise elle aussi 2 projets de solidarité internationale (une mission au Maroc et une au Népal), permettant à des étudiants en dentaire de toute la France de participer.

 

Découvre le site de l’UNECD ici !

 

Si un lycéen hésite entre médecine et l’odontologie, quel conseil lui donnes-tu pour structurer son choix ?

Ces deux métiers sont avant tout des métiers de soignants, au contact du patient. Il n’est donc pas vraiment possible de faire un mauvais choix si soigner est la vocation première. Selon moi le point essentiel en dentaire est le côté manuel. De plus, les études sont plus courtes et il n’est pas obligatoire de repasser un concours en fin de 6ème année comme en médecine. Nous nous occupons de toutes les populations, nous faisons de la prévention et des actes très précis (en dentaire nous travaillons au centième de millimètre près).

 

Nous avons aussi une liberté d’horaires et d’installation et donc un confort d’installation, ce qui n’est pas négligeable. Les progrès technologiques évoluent chaque année, et les techniques de soins ou de diagnostic dans le domaine de la chirurgie dentaire vont perpétuellement évoluer. C’est un métier dynamique avec beaucoup de pistes d’évolution, on en peut donc pas s’ennuyer. Nous créons une véritable relation de confiance avec nos patients, nous leur redonnons le sourire, et nous les suivons sur le long terme.

 

L’idéal pour faire son choix est de se confronter réellement au quotidien d’un médecin et d’un dentiste en effectuant des stages.

 

Aurais-tu un dernier mot ?

Merci Thotis <3

À lire aussi : Les débouches en Pharmacie

Pharmacie : études, métiers et débouchés

 

Retrouvez le site de notre partenaire l’UNECD, d’autres conseils pour devenir chirurgien-dentiste ici