Après une première année à l’IESEG, Camille a décidé de partir pour une première expérience à l’international pendant 1 an. Son choix s’est alors porté vers un échange en Corée du Sud.

Pourquoi avoir choisi d’effectuer ton échange en Corée ?

J’ai choisi la Corée parce que c’était la première fois que j’allais mettre les pieds en Asie. Je voulais un pays dépaysant, culturellement différent de la France, mais assez développé. Le Japon était hors de prix et le visa chinois est assez compliqué à obtenir: mon choix était fait, Séoul était la meilleure réponse à mes envies.

Comment s’est passé l’accueil en Corée ?

Pour l’accueil, il faut quand même savoir que les Coréens ont du mal à aller vers les étrangers; surtout parce qu’ils maitrisent très peu l’anglais et qu’il y a très peu d’expatriation dans le pays.

 

Je n’ai jamais été déçue par Séoul, au contraire, je suis allée de bonnes surprises en bonnes surprises. Il faut surtout toujours rester l’esprit ouvert, c’est le meilleur moyen pour éviter toute déception.

 

Comment as-tu vécu le choc culturel ?

Il n’y a pas eu de “grand choc” culturel. Les Coréens ont les mêmes chaînes de restaurants américains que nous et écoutent souvent la même musique. Cependant, il faut s’habituer à certaines normes. En effet, les ainés ont une place à part dans la société, ils sont extrêmement respectés – attention à ne jamais prendre leurs places dans le métro. Mais aussi, il ne faut surtout pas se moucher à table, alors que roter, par exemple, est toléré – c’est très déroutant pour un européen.

 

Dans le même registre : Toutes les ficelles du programme Erasmus

 

Les lieux / bars cool à Séoul ?

L’endroit le plus connu pour sortir est le quartier de Gangnam, oui, le même que la chanson Gangnam Style. Personne ne le sait vraiment, mais c’est un quartier de Séoul, avec des bureaux la journée et de nombreux clubs le soir.

 

Mais pour moi, le meilleur endroit pour sortir c’est Hongdae, le quartier étudiant de l’université d’Hongik. Ce n’est pas cher, on y croise beaucoup d’étrangers et il y a une bonne ambiance avec tous ces boys bands ou girls bands qui chantent et dansent.

 

Pour les bons bars et les bonnes boites, le problème c’est qu’à Séoul tout va vite. Des restaurants, clubs, apparaissent et disparaissent tous les 4 ou 6 mois par exemple. Quelques un subsistent, il y a le Fat Albert à Itaewon que je recommande et les fameux Thursday party à Itaewon ou Hongik.

 

Les transports en commun à Séoul ?

Pour décrire les transport: simple, propre et rapide. Il faut savoir que Séoul est immense, et il suffit d’ouvrir une carte du métro pour s’en rendre compte. C’est environ 1 euro le trajet. Cela fonctionne avec une petite carte « T-money » sur laquelle on recharge la somme que l’on souhaite. Tout est extrêmement bien indiqué et surtout c’est incroyablement propre! Et toujours à l’heure.

 

Il faut s’habituer à certaines normes: les aînés ont une place à part dans la société, ils sont extrêmement respectés

 

Des déceptions pendant cet échange en Corée ?

Je n’ai jamais été déçue par Séoul, au contraire, je suis allée de bonnes surprises en bonnes surprises. Il faut surtout toujours rester l’esprit ouvert, c’est le meilleur moyen pour éviter toute déception.

 

Ou étais-tu logée ? Les loyers ?

J’étais logée dans le quartier d’Itaewon (le quartier international). Je partageais mon appartement avec 2 autres colocataires pour un total de 1150 euros/mois. Mais il y a encore moyen de faire moins cher dans d’autres quartiers comme Sinchon ou Ewha par exemple.

 

L’endroit le plus connu pour sortir est le quartier de Gangnam, oui, le même que la chanson Gangnam Style. Personne ne le sait vraiment, mais c’est un quartier de Séoul, avec des bureaux la journée et de nombreux clubs le soir

 

Que peux-tu nous dire sur le système éducatif coréen ?

Le système coréen est connu pour être l’un des meilleurs au monde. Cependant, il est extrêmement exigeant. Les jeunes coréens ont une pression énorme pour la réussite, non pas seulement de leurs parents, mais aussi de la société elle-même.

 

Découvrir le système coréen : Faire ses etudes en Corée

 

Ton projet ?

Aujourd’hui mon mémoire en Indonésie, en parallèle avec une mission humanitaire auprès des PME locales. Le prochain semestre je serai à New-York pour un stage dans le prêt-à-porter de luxe pour valider la fin de mes études.

 

Le mot de la fin?

Cet échange en Corée m’a réellement fait tomber sous le charme de Séoul et de ses habitants. La preuve, j’y suis retournée plus d’une dizaine de fois depuis la fin de mon programme d’échange d’un an. Impossible que le bibimbap ou la k-pop ne vous manque pas à votre retour.

 

S’il y a un bon conseil à donner avant de partir, c’est bien de ne jamais dire non quand on vous propose quelque chose. Il ne faut surtout pas hésiter à aller boire quelques verres de soju dans un petit bar, ou bien manger du poulpe cru. C’est excellent en plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.