BUT DUT RÉFORME

Martial Martin, directeur de l’IUT de Troyes et président de l’ADIUT, nous a accordé un entretien pour évoquer le BUT, Bachelor Universitaire de Technologie et son arrivée sur Parcoursup.

 


Temps de lecture : 6 
min

Pouvez-vous rappeler quels sont les objectifs du BUT ?

Le BUT, Bachelor Universitaire de Technologie, a pour objectif de sécuriser le parcours en 3 ans des étudiants en leur proposant une formule davantage cohérente et intégrée que celle du DUT combiné à la licence professionnelle. Le référentiel de compétences des trois années est désormais défini, avec les grands équilibres entre temps d’enseignements, périodes de projets et de stages. Le référentiel pédagogique dès à présent disponible pour la première année est en train d’être travaillé pour les secondes et troisièmes années de formation, l’ensemble devrait être fixé avec une vision pleine des programmes d’ici février-mars prochain.

 

En quoi la pédagogie est-elle innovante pour le Bachelor Universitaire de Technologie ?

Nous n’avons pas simplement mis un coup de peinture sur les anciens programmes. Nous avons complètement changé la démarche de rédaction des programmes. Nous sommes partis de la définition des compétences que l’on devait acquérir sur l’ensemble des cursus avec l’aspect professionnalisant. Nous avons écrit des programmes qui ont pour ambition de faire dialoguer des situations d’apprentissage et d’évaluation, et des ressources pédagogiques plus classiques dans leur écriture. L’ensemble du programme fait dialoguer ces deux aspects. La première année a déjà été rédigée par les commissions pédagogiques nationales par regroupement de spécialité.

 

Des questions sur le BUT ? Contacte des étudiants en BUT ici

BUT – Bachelor Universitaire de Technologie (ex-DUT) : contacte un étudiant !

 

Quelle est la semaine type d’un étudiant en BUT ?

Il y a 33 heures de cours par semaine en moyenne. Les semaines sont extrêmement variées en BUT. Il y a certes des semaines très universitaires avec du cours magistral, du TD, du TP… Mais il y a beaucoup de TP dans les formations de BUT, en particulier dans les BUT de production (informatique, industrie…). Cela peut représenter 4/10e du temps. Certaines semaines sont davantage orientées vers des situations d’apprentissage et d’évaluation, et sur des acquisitions de compétences en situation. Ces semaines-là mettent l’accent sur l’autonomie ou le travail en groupe même si elles laissent une place à un certain nombre de ressources universitaires classiques.. La pratique est au cœur de la formation. Il y a aussi des périodes de stage prévues sur l’ensemble du BUT.

 

Comment choisir son parcours au sein du Bachelor Universitaire de Technologie ?

Les 24 spécialités de BUT n’ont pas changé par rapport aux DUT (GEA, GMP…). La nouveauté est qu’à l’intérieur de ces spécialités, nous avons créé des parcours. Il y a plusieurs cas de figure, certains parcours commencent dès la 1ère année (peu de spécialités le proposent). Dans ce cas-là, on fait le choix de sa spécialité sur Parcoursup. Cela demande de se renseigner au lycée en amont.

 

Dans la plupart des spécialités du BUT, les étudiants intégreront la spécialité et, au bout de la 1ère année, ils feront le choix d’un parcours parmi plusieurs. Ce choix se fera autour de moments spécifiques dédiés aux projets professionnels personnels (PPP) qui donnent lieu à un suivi personnalisé par un enseignant ou un étudiant référent. L’étudiant peut ainsi se projeter par rapport à un parcours et, au-delà, à un type de métiers.

 

Quelle est la dimension internationale des BUT ?

Il y a énormément d’échanges possibles au sein des IUT. Traditionnellement, un diplôme universitaire était mis en place en 3ème année pour effectuer un échange au sein d’une université partenaire dans le monde. Ces opportunités se développent maintenant durant les 3 années de BUT. Le BUT permet d’avoir une meilleure lisibilité à l’international. Jusqu’ici, il apparaissait compliqué d’expliquer l’articulation entre Bac+2, DUT et licence professionnelle aux partenaires étrangers. Cela nous offre plus d’opportunités et améliore les liens avec des universités de renommée mondiale où nos étudiants pourront effectuer des échanges.

 

Il y a également des spécialités de BUT clairement orientées vers l’international, et notamment le BUT Technique de Commercialisation (parcours business international : achat et vente), avec des stages et des années complètes à l’étranger.

 

À l’avenir, il y aura aussi une lisibilité du diplôme à l’international à la fin des 3 ans, pour des opportunités de carrière ou des poursuites d’études à l’international.

 

Quels débouchés après un BUT ?

Les BUT couvrent des domaines très divers avec 24 spécialités. On vise 50% d’insertion professionnelle sur des fonctions cadres intermédiaires dans l’industrie et dans les services. Il y a une vaste palette de métiers envisageables, et on projette un suivi des compétences après la fin de la formation. On ambitionne également un équilibre de 50% de poursuite d’études après le BUT en écoles ou dans les masters en université.

 

Pourquoi choisir le BUT ?

La première raison, est que le cursus est tout à fait sécurisant. Il prend l’étudiant au niveau Bac et l’amène au Bac+3. Il n’y a plus la nécessité d’être sélectionné à l’issue des 2 ans, contrairement au BTS qui n’offre pas cette garantie. En même temps, cela donne la possibilité de commencer son cursus en formation initiale et de le poursuivre en alternance, de partir au Bac+2, DUT en poche, en profitant d’une passerelle vers une licence 3. Le BUT offre donc à la fois sécurité et liberté.

 

Il mène au grade de licence tout en donnant l’accompagnement traditionnel reconnu des IUT avec une forte implication des enseignants. C’est avoir les avantages d’une formation comme un BTS et la certitude d’aller jusqu’au grade universitaire de licence.

 

Le choix se fait également en fonction des nombreuses spécialités. On ne va pas vers un BUT de manière abstraite mais en fonction d’un projet mûri dès le lycée.

 

Peut-on affirmer que le BUT est à mi-chemin entre la licence et le BTS ?

Le BUT est bien un diplôme national de grade licence. C’est un type de licence professionnelle spécifique, d’où la proximité avec la licence. Le type d’enseignement est en revanche différent avec beaucoup plus de travaux pratiques, de projets, d’apprentissage, des stages, contrairement à une licence classique. L’aspect pratique est totalement différent de la licence et peut faire penser au BTS. En revanche, il se poursuit après 2 ans et accueille des publics différents. Il offre donc selon moi les avantages de ces deux formations sans les inconvénients.

 

Est-il possible de quitter le BUT après la 2ème année pour intégrer une école de commerce ou d’ingénieurs ?

À la fin de la 2ème année, l’étudiant obtient 120 crédits ECTS et le diplôme du DUT. Rien ne s’oppose donc à ce qu’il puisse intégrer une école de ce type si c’est son projet. La sélection par l’établissement demeure sur dossier et n’est en rien automatique. Il peut être évalué et donner lieu à une entrée dans ce type d’école. Il est également possible de préparer son entrée en école après 3 années de BUT. Il permet à la fois des sorties à différents niveaux et de continuer jusqu’en BUT pour entrer sur le marché du travail ou intégrer un Master.

 

Est-il possible d’intégrer le BUT en 2ème année après avoir effectué une année de licence ou de BTS ?

Oui, l’admission repose sur une sélection sur dossier. C’est effectivement l’un des enjeux majeurs du BUT de pouvoir intégrer des étudiants pour les mener à l’obtention du BUT, et particulièrement issus de BTS qui présenteraient les qualités attendues, bien que leur admission ne soit pas automatique.

 

La licence professionnelle suspendue va-t-elle disparaître au profit de la 3ème année de BUT en 2023 ?

Certaines licences professionnelles ne sont pas dans les IUT mais dans les UFR. Ces licences professionnelles devraient probablement perdurer, sous une forme différente.

 

En IUT, l’idée est de les intégrer le plus possible à la 3ème année de BUT. Certaines devraient disparaître car elles correspondent à la 3ème année de BUT. Un certain nombre de licences professionnelles comporte des publics quasi exclusivement de BTS et certains accords les lient à des branches ou à des organismes de formation. Dans ces cas-là, certaines devraient perdurer de manière transitoire le temps de mettre en place un mode de fonctionnement avec ces organismes,. À terme, on vise un paysage lisible et des propositions à partir du baccalauréat.

 

À découvrir : les formations les plus demandées sur Parcoursup : 

Parcoursup 2021 : quelles formations sont les plus demandées ?

 

Êtes-vous satisfait de la 1ère année du BUT sur Parcoursup ?

Le nombre de candidatures en BUT, qui est un nouveau diplôme, est très satisfaisant pour nous. On conserve le même nombre qu’en DUT l’an dernier. Le BUT a donc trouvé naturellement son public. Nous avons en revanche plus de réserves sur les réponses des candidats, en particulier issus des filières technologiques. La crise sanitaire semble avoir conforté des réflexes de sécurité dans les choix des candidats. Ces choix-là risquent malheureusement de réduire les possibles de ces jeunes.

 

La crise sanitaire a par ailleurs été extrêmement bien gérée par les IUT, les travaux pratiques n’ont jamais cessé et les capacités ont été optimisées, mais je comprends l’inquiétude et le réflexe de sécurité des jeunes du fait de la pandémie. Nous regrettons donc le déterminisme géographique liée à la crise sanitaire, mais qui n’est pas liée à la nature du BUT.

 

Le BUT va-t-il-être plus sélectif pour les candidats issus de bac général ?

Il y a effectivement un changement dans nos modes de recrutement. 50% des places vont être réservés aux candidats issus de baccalauréat technologiques, contre à-peu-près 40% avant, et 50% pour ceux issus de baccalauréat général. Il y aura donc davantage de bacheliers technologiques, en particulier du côté des bacheliers technologiques tertiaires.

À titre d’exemple, si on a un projet de l’ordre de la technologie et de l’insertion dans le secteur des services, on a tout intérêt à s’orienter vers une 1ère STMG, parce que cela peut faciliter le passage en BUT GEA par exemple, tout à fait propice pour ce type de projet. On a mécaniquement beaucoup plus de chances d’obtenir une place en BUT après un Baccalauréat technologique. C’est donc une vraie révolution de l’orientation au lycée. Les familles doivent comprendre que le baccalauréat technologique est parfois plus favorable qu’un baccalauréat général. Il faut inciter les lycéens à faire le choix le plus payant pour eux.

 

BUT DUT RÉFORME

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.