Associations

Par Clément Moussy
Temps de lecture : 10 min

Antoine, 18 ans
ITEEM, Villeneuve d’Ascq

“la Terre est à bout de force et les conséquences se font déjà sentir !”

Antoine nous présente son projet, EcoApp Média, plus qu’un média il s’agit de mettre en avant de bonnes pratiques environnementales. En plus, il reverse 70% de ses revenus à des associations protectrices de l’environnement !

 

Présente-nous EcoApp Média.

EcoApp Média est un média d’un nouveau genre. Majoritairement sur Facebook (même s’il existe un site : ecoapp.fr), il partage une actualité positive sur le thème de la préservation de l’environnement. Nous voulons inspirer et motiver nos lecteurs à agir et changer les choses. Nous partageons régulièrement ce que nous appelons des « écodéfis », des défis quotidiens et simples qui permettront de diminuer son empreinte environnementale, voire ses factures, rapidement.
EcoApp Média c’est aussi un média collaboratif. C’est-à-dire que les abonnés nous partagent des écodéfis qu’ils réalisent au quotidien et nous suggèrent des actualités et sujets qu’ils souhaitent découvrir ou faire partager avec la communauté d’abonnés.
L’un des points qui me tenait à cœur était la redistribution de nos revenus publicitaires. Nous redistribuerons 70% de nos bénéfices à des associations choisies par notre communauté via des sondages. Le reste des revenus sera uniquement consacré à notre développement (location des serveurs, publicités, …). Actuellement, nous maximisons nos efforts pour nous faire connaître afin d’augmenter notre nombre d’abonnés sur Facebook et pouvoir intéresser les futurs annonceurs, qui nous permettront de redistribuer plus d’argent aux associations. C’est un programme ambitieux mais nous sommes motivés !

 

Pourquoi ne pas créer un média en ligne qui permettrait de regrouper et d’expliquer tous les gestes simples qui permettent de vivre plus respectueusement vis-à-vis de l’environnement.

 

Comment l’idée d’EcoApp Média vous est-elle venue ?

Il y a un peu plus d’un an, j’ai entendu parler d’une sorte de quizz créé par la WWF-Suisse. Ce dernier permettait de calculer son empreinte environnementale, en répondant à une trentaine de questions.
Curieux de découvrir ce qu’il adviendrait pour moi, je me suis rendu sur le site en question et j’ai réalisé ce fameux test. Imaginez ma tête lorsque que j’ai vu apparaître le résultat : « Si tout le monde avait la même empreinte environnementale que moi, il nous faudrait plus d’1,6 planète pour vivre ! ». Moi qui pensais être vigilant vis à vis de la préservation de l’environnement, c’était la douche froide !
Je me suis donc lancé le défi de réduire mon empreinte environnementale, et de passer sous la barre « d’une planète » le plus rapidement possible. Cependant, je me suis aperçu que le plus dur était de savoir par où commencer pour agir, et comment. Ça m’a donné une idée : pourquoi ne pas créer un média en ligne qui permettrait de regrouper et d’expliquer tous les gestes simples qui permettent de vivre plus respectueusement vis-à-vis de l’environnement.

 

Quelles sont vos principales actions ?

En essayant de regrouper la totalité des écodéfis, j’ai appris et découvert plein de trucs. Autant dire qu’énormément de choses ont changé à la maison, en passant par nos assiettes jusqu’à notre gestion de l’énergie.
La totalité des défis qui sont présents sur notre page Facebook et notre site sont des gestes que j’applique quotidiennement. Tant que je n’ai pas réussi un défi, nous ne le publions pas car sinon ce serait malhonnête vis-à-vis de nos abonnés.

 

On peut tous agir à notre échelle pour faire bouger les choses.

 

Pourquoi les enjeux environnementaux sont-ils devenus essentiels ?

Je pense qu’on est arrivé à un point de notre Histoire où l’on se doit de réfléchir à un mode de vie différent, plus durable et plus respectueux de l’environnement. On le voit presque tous les jours aux infos, la Terre est à bout de force et les conséquences se font déjà sentir (catastrophes naturelles, évènements climatiques records, …). Le plus incroyable est que beaucoup de gens pensent être impuissant face à ça alors que c’est faux. On peut tous agir à notre échelle pour faire bouger les choses. C’est d’ailleurs l’une de nos devises.

 

Organisez-vous des évènements autour de votre activité ?

J’ai eu la chance d’être pas mal suivis, via notre page Facebook, par les élèves de mon école (ITEEM) qui ont assez bien réagi aux défis proposés. Pas mal venaient me voir après pour dire qu’ils faisaient ça différemment maintenant, qui voulaient savoir si telle action était meilleure qu’une autre ou qu’ils voulaient en savoir plus sur un défi, etc.
La prochaine étape sera de réussir à créer des petits mouvements comme par exemple des marches de collecte de déchets sur le campus ou de sensibilisation des autres étudiants via des présentations, des interventions, etc.

 

Quel type de contenu média retrouve-t-on sur votre site ?

Sur le site on peut retrouver tous les articles publiés sur notre page Facebook. L’un des « plus » est qu’il y a beaucoup d’autres défis à découvrir et en se créant un compte, les lecteurs pourront avoir accès à un compteur « d’économies permises » grâce aux défis qu’ils auront validé sur notre site (exemples : kg d’émission de CO2 évités, litres d’eau économisés, kg de déchets évités).

 

Comment financez-vous le fonctionnement de votre association ?

Lorsque j’ai commencé mon projet, j’ai pris contact avec Infomaniak, un hébergeur suisse qui est entièrement alimenté par des énergies renouvelables, pour leur parler de cet écoprojet. Ils ont aimé et m’ont offert un peu plus de 100 € pour réaliser ce dernier. Une fois la plateforme terminée, il me restait un peu plus de 40€ que j’ai donné à l’association 4Ocean, après avoir demandé l’avis de ma famille et de mes amis.
Comme on s’est lancé il y a moins d’un mois, les publicités ne nous génèrent qu’une somme d’argent très dérisoire. Actuellement, on ne peut pas redistribuer les bénéfices aux associations et payer nos coûts de fonctionnement en même temps.
Donc pour le moment, je finance entièrement EcoApp Média avec mes économies. Je reste persuadé que notre association pourra un jour être utile à d’autres associations qui font un travail incroyable et qui ont cruellement besoin de fonds pour survivre.
Il y a aussi une page Tipeee mais je n’en fais pas la promotion, j’attends de voir comment évoluera notre association.

 

Comment sélectionnez-vous les associations bénéficiaires de vos revenus ?

Comme pour 4Ocean, je ne veux pas être la seule personne qui choisit quelle association mérite plus qu’une autre de recevoir des dons. Ce n’est pas éthique et ce n’est pas du tout l’état d’esprit de ce projet. Pour moi, elles le méritent toutes.
C’est pourquoi des sondages seront publiés sur la page Facebook EcoApp Média, pour permettre aux utilisateurs de proposer et de choisir des associations bénéficiaires.
Pour les associations qui n’auront pas été choisies par la communauté, nous publierons leurs liens pour permettre aux lecteurs de les découvrir et de leur faire un don directement s’ils le souhaitent.

 

Quelle est l’organisation interne de l’association ?

Officiellement dans l’association nous sommes deux, Gonzague Roucou (un pote de ma promotion à l’ITEEM qui m’a rejoint dans ce projet) et moi. Nous échangeons régulièrement sur les publications, nos prochains sujets d’articles, etc. Après plus officieusement, on est beaucoup plus, car beaucoup d’idées, d’améliorations et de conseils nous sont donnés par des personnes extérieures (amis, famille, bloggeurs sur l’écologie, abonnés).

 

Tout le monde peut réaliser les défis que nous proposons, c’est ce que nous souhaitons : un mouvement collectif.

 

A qui s’adresse votre association ?

Actuellement, on essaye de se développer sur les Campus universitaires mais notre association s’adresse à tous. Que vous soyez étudiant, dans la vie active ou à la retraite on peut (doit) tous agir. Les défis ont été rédigés afin d’être accessibles au plus grand nombre et on fait attention de s’adresser à tous sans mettre de côté certaines personnes. Tout le monde peut réaliser les défis que nous proposons, c’est ce que nous souhaitons : un mouvement collectif.

 

A ton avis quels sont les intérêts pour un étudiant de s’engager dans la vie associative ?

Je pense que la vie associative permet d’agir pour des causes qui nous tiennent à cœur. On peut penser que lorsque l’on est étudiant, on ne peut pas se rendre utile car manque de temps ou de crédibilité… et bien c’est faux. Vous avez des idées, des convictions ? Foncez et lancez-vous dans la vie associative, il ne peut y avoir que des choses positives qui en ressortiront.

 

Quels projets pour la suite ?

La prochaine étape est de développer notre plateforme et d’augmenter notre nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux, pour pouvoir toucher plus de personnes et attirer des annonceurs.
Sinon, Gonzague et moi sommes sur un autre gros projet caritatif en parallèle, mais c’est encore trop tôt pour en parler. J’espère que je pourrais en parler prochainement sur Thotis.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires