Agressions dans les transports

Chloé Rosbach est étudiante en Kinésithérapie. Après avoir subi plusieurs agressions dans les transports, elle lance une pétition contre les violences dans les transports pour alerter les pouvoirs publics. 


Temps de lecture : 4 min 

Agressions dans les transports

 

Agressions dans les transports

 

Pourquoi as-tu lancé une pétition pour aider les victimes d’agressions dans le métro ?

Ça faisait un moment que j’y pensais. Plusieurs connaissances disaient ne pas se sentir à l’aise et que les agressions étaient fréquentes. Mais, le vrai lancement à été lorsque j’ai vécu une agression à la sortie d’un métro.

 

Comment s’est passée ton agression ?

J’ai vécu une agression cet été à la sortie du métro St Michel. C’était un “monsieur tout le monde” qui finissait sa pause déjeuner. Il allait reprendre le boulot et m’a agrippé les fesses. Lorsque j’ai crié, folle de rage, il s’est retourné et a rigolé. Je me suis sentie tellement désemparée, on a violé mon intimité. Lorsque j’ai voulu porter plainte, on m’a répondu qu’il n’y avait pas de caméras, c’était faux (elles sont gardées 72h). Je me suis dit qu’il fallait agir.

 

 

Penses-tu que les pouvoirs publics pourraient en faire davantage sur la sécurité ?

Oui, je pense que c’est carrément possible. Je pense qu’aujourd’hui, on peut encore diminuer drastiquement le nombre de violences. Comment ? En mettant des affiches publicitaires contenant les droits des victimes et d’autres contenant les peines encourues par les agresseurs : dans les transports, dans la rue. C’est très simplet mais ça marche.

 

Aussi, il faut que la police ne prenne plus ce problème à la légère. Et bien évidemment, que l’éducation sensibilise aussi davantage.

 

À lire aussi : Les étudiants en médecine exigent des garanties

 

Quels conseils donnes-tu à celles et ceux qui ont été confrontés à des violences dans les transports en commun ?

De ne pas se laisser faire, crier, se débattre. On peut aussi appeler le 3919 ou envoyer un sms au 31177 si on voit une agression. Aussi, hommes ou femmes si vous vous sentez traumatisés pour n’importe quelle forme d’agression ou d’harcèlement, il ne faut pas en avoir honte d’en parler. Il y a qu’un seul fautif, l’agresseur.

 

Personnellement, je ne sors plus le soirs sans ma bombe lacrymogène. C’est peut être une décision drastique, mais je me sens plus en sécurité. Une amie a même commencé les cours de self défense…

 

View this post on Instagram

L'éducation…

A post shared by A Bas Les Moeurs (@abaslesmoeurs) on

 

Comment peut-on te contacter ?

On peut me contacter par message privé. Tout restera anonyme sur mon Instagram : @abaslesmoeurs. Sinon,sur mon Facebook :Chloe Rosbach.

 

Après cette pétition, quelles actions souhaiteras-tu mener pour continuer ton combat ?

J’ai fait une page de témoignages pour alerter les autorités et avoir des preuves des nombreuses agressions qu’il y a dans Paris. La pétition m’amènera, je l’espère, à des solutions concrètes qui seront appliquées grâce à toutes ses “preuves”.

 

J’essaie aussi d’élargir ma page avec des agressions de rues, des articles et des conseils afin d’aider les femmes (et hommes) à ne pas se sentir seule, à agir… J’ai beaucoup de bons retours de personnes qui sentent une écoute.

 

Lien de la pétition ici 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.