Licence Droit Paris 1

Chaque année, la licence de droit est très demandée sur Parcoursup. Pour en savoir un peu plus sur les études de droit et leurs débouchés, nous avons interviewé François Ameli, directeur adjoint de l’école de droit de la Sorbonne. Immersion au sein de la licence de droit de Paris 1 Panthéon Sorbonne (Pour contacter des étudiants en licence de droit, rendez-vous ici !)

 


Temps de lecture : 8 min

 

Droit François Améli

 

Pouvez-vous présenter l’école de droit de la Sorbonne ?

L’école de droit de la Sorbonne est l’héritière de la Sorbonne en tant que telle, dont les origines remontent à 1257. Dans les années 1970, l’université de Paris a été éclatée en plusieurs universités différentes. L’Université Paris I Panthéon Sorbonne a conservé la faculté de droit qui a l’essentiel de ses activités au Panthéon, mais qui a aussi aujourd’hui à peu près une dizaine d’autres bâtiments répartis entre le 13ème arrondissement et le 5ème arrondissement. Nous avons au sein de l’école de droit environ 17 000 étudiants dont plus d’un tiers est réparti sur les 3 années de licence. Le reste est réparti entre les masters et doctorats, mais également en enseignement à distance, puisque 5000 étudiants suivent les licences et les masters sans être présents sur place.

 

On dit que les études de droit sont difficiles. Est-ce réellement le cas selon vous ?

Il faut savoir ce qu’on entend par « difficile ». On peut en effet dire qu’il s’agit d’une filière d’excellence. On cherche ainsi un certain nombre de qualités chez les étudiants. Contrairement à ce que l’on dit, les études de droit ne sont pas des études d’apprentissage par cœur. Cette idée-là doit être sortie de la tête de tous les lycéens. C’est une discipline qui demande beaucoup de travail et de réflexion.

 

Même ceux qui font des mathématiques trouveront de façons différentes leur bonheur dans le droit parce que c’est une façon de faire de l’argumentation, avec une certaine logique, qui ressemble à des études de mathématiques. Cela demande beaucoup de réflexion et donc peu d’apprentissage par cœur. C’est un domaine qui ne ressemble à rien de ce qu’ils ont pu étudier au lycée. Lorsque les étudiants arrivent en faculté de droit, ils apprennent des choses totalement différentes. Cela peut donc leur paraître difficile et rébarbatif les 3 premières années avec un langage totalement nouveau, au cours desquels ils se familiarisent avec des concepts inédits. Le droit concerne tous les domaines de la société (famille, société, civil…). Ils ont besoin de temps pour s’y acclimater car ils ne pouvaient même pas soupçonner l’existence du droit dans ces domaines. Cela requiert donc de la patience, au même titre que l’apprentissage des tables de multiplication : c’est-à-dire qu’ils ne perçoivent pas dès le de départ l’utilité de ces connaissances. La licence de droit, c’est une boite à outils qui leur sera utile dans leurs années de master. C’est là où ça devient passionnant. Peu d’étudiants sont passionnés dès la licence, mais ce n’est pas un problème. S’ils sont patients, ils le deviendront en année de Master.

 

Découvrez le classement Thotis des universités en droit

Classement Thotis des universités en droit (2021)

 

Pouvez-vous nous définir concrètement ce qu’est la licence de droit ?

La licence en droit est le premier pas de la discipline qui mène à un certain nombre de métiers : avocat, magistrat, notaire, huissier de justice, juriste d’entreprise… Mais c’est aussi une discipline qui permet de structurer sa manière de penser et son argumentation. C’est la raison pour laquelle le droit mène à tout. Mes étudiants ont réussi dans des domaines extrêmement variés, allant du domaine de l’art à la politique. C’est une discipline qui structure la pensée et permet de facilement prendre la parole. Les étudiants argumentent dans un sens, puis dans un autre, d’où le métier d’avocat.

 

Quelles spécialités faut-il privilégier au lycée pour intégrer une licence de droit ?

Les dossiers des candidats à la licence de droit de l’université Paris I sont d’abord vus par un algorithme. En 2021, nous avons eu 14800 demandes pour 740 places en 1ère année. Sur ces 14800, une fois que l’algorithme a classé tout le monde, nous reprenons les 6000 premiers dossiers en entier avec les lettres de motivation, les activités extra-scolaire…Une nouvelle note leur est ainsi attribuée.

 

Dans la partie algorithmique, les spécialités qui sont privilégiées sont le français, parce que c’est très important de savoir écrire, s’exprimer et lire. Le droit est indissociable de la langue française. Les autres spécialités à privilégier sont l’histoire-géographie, les langues étrangères, la philosophie, mais également le latin, le grec et l’option Droit et grands enjeux du monde contemporain.

 

Quel est le rythme des cours en première année en licence de droit à Paris 1?

Dès la 1ère année, les étudiants ont entre 20 et 25 heures de cours. Il y a des cours magistraux et des séances de travaux dirigés. Les cours magistraux avec environ 500 étudiants (à l’Université Paris 1) ne permettent pas l’interaction entre professeurs et élèves. À côté, il y a des séances de travaux dirigés avec des classes réduites à 30 personnes maximum. C’est là qu’ils interviennent, font des exposés, prennent la parole, font des exercices notés…C’est beaucoup plus interactif mais cela demande une préparation. Il y en a 3 par semaines, ainsi que des TD de langues (anglais et espagnol le plus souvent). Il y a donc 3 préparations de TD à mener par semaine, ce qui implique minimum 5 heures de travail par semaine et par TD. 15 heures de travail s’ajoutent donc aux 25 heures de cours chaque semaine. Ce sont donc des études exigeantes car le volume de travail y est très important. Les étudiants doivent se donner les moyens, ce qui veut dire travailler 40 à 50 heures par semaine dès la 1ère année.

 

Quelles matières sont étudiées en licence de droit à Paris 1 ?

En droit, on fait la distinction entre droit public et droit privé. Le droit public caractérise les relations de nous tous avec l’État : le gouvernement, les administrations… Le droit privé caractérise les relations entre nous, personnes qui vivent au sein de la société. Les matières sont donc réparties entre ces deux domaines. Pour le droit privé, il y a le droit civil, commercial, des sociétés, international… Pour le droit public, il y a le droit constitutionnel, le droit administratif, les libertés fondamentales et les relations internationales.

 

Faut-il se spécialiser dès la licence de droit à Paris 1 ?

Il n’est pas vraiment possible de se spécialiser dès la licence car elle est dédiée à l’apprentissage des bases. Nous avions créé des L3 spécialisées : droit international, droit civil…Et nous avons décidé de changer de méthode. Nous avons aujourd’hui une seule L3 avec beaucoup d’options possibles, les étudiants peuvent choisir ce qui les intéresse. Mais en droit, il est mieux de se spécialiser le plus tard possible.

 

Peut-on intégrer la licence ou master après BTS Notariat ou BUT carrières juridiques ?

Il est possible d’intégrer l’école de droit après avoir suivi l’une de ces formations, mais les places sont chères. Il y a une sélection naturellement plus tournée vers les bacheliers. Mais il y avait beaucoup de ces profils dans les dossiers cette année et j’en ai accepté un certain nombre. En Master, environ la moitié des admis sont issus de l’Université Paris I et l’autre moitié issus d’autres formations, sur à peu près 1500 places.

 

Quels débouchés sont possibles après la licence de droit ?

Les métiers les plus choisis sont avocat et juriste d’entreprise. Un juriste travaille sur l’aspect juridique de chaque entreprise. Les autres métiers sont notaire, huissier de justice, magistrat, juge… À part ces métiers purement juridiques, il y a plein de possibilités envisageables. Après l’obtention de sa licence, un étudiant peut ne pas aller en master et passer les concours administratifs. La licence est ce qui prépare le mieux à ce type de concours.

 

Le droit peut vraiment mener à tout et il n’est pas obligé de se limiter aux matières juridiques. Il peut mener facilement mener à la gestion ou encore les affaires publiques.
Il y a également l’aspect international. L’Université Paris I est l’université qui a le plus grand nombre d’accords internationaux avec des écoles étrangères. Les étudiants peuvent intégrer une filière internationale et étudier en Angleterre, aux États-Unis, en Égypte, à Hong Kong, en Argentine, en Turquie ou en Roumanie…

 

À partir de cette année, il est possible par ailleurs de suivre la formation entièrement à distance, en particulier pour les étudiants situés en province ou à l’étranger. Le développement de ce dispositif a été accentué avec le confinement. Il ne faut pas que les étudiants en province ou à l’étranger hésitent à candidater sur l’Institut d’Études à Distance (IED) de l’université de droit de la Sorbonne.

 

Découvre aussi le témoignage de Delphine, étudiante en licence de droit à l’Université de Paris :

https://thotismedia.com/licence-de-droit/

 

Comment devenir avocat, magistrat ou greffier après la formation ?

Pour être avocat, il faut passer une année et demi à l’école de la formation du barreau : 6 mois de cours et un an de pratique professionnelle, sous forme de stage en cabinet et stage dans les juridictions et les entreprises. Pour être juge, il faut passer un concours pour intégrer l’École Nationale de la Magistrature. La prépa de la faculté pour intégrer l’ENM et l’ÉNA est l’une des meilleures en France. Les étudiants ne sont pas lâchés dans la nature et sont accompagnés par la Sorbonne.
Les étudiants peuvent également intégrer les double licences : droit-économie, droit-histoire, droit-gestion, droit-géographie, droit-histoire de l’art…

 

Ces formations sont très sélectives et permettent de suivre 60% du programme de chaque filière et d’avoir les deux licences après 3 ans. Ces licences transversales permettent d’avoir de nombreuses possibilités. La double licence droit-histoire de l’art, à titre d’exemple, forme de nombreux commissaires-priseurs.

 

Découvre notre page sur les études de Droit :

Les études de Droit (Licence, BTS, BUT, CPGE…)