actualité étudianteActualité SantéCovid-19

Depuis le début de l’épidémie, les 250.000 étudiants en santé sont mobilisés, aux côtés des professionnels de santé, pour assurer la gestion de la crise sanitaire. Pour des salaires bien souvent faibles, voire inexistants, ils ne comptent pas les heures et mettent leur vie en danger. Aujourd’hui, les étudiants en médecine, pharmacie, maïeutique, soins infirmiers, kinésithérapie et odontologie exigent des garanties.

 

Les étudiants en santé omniprésents sur le terrain pour faire face au Covid-19

Qu’ils soient étudiants en soins infirmiers, pharmacie, maïeutique, odontologie, kinésithérapie ou médecine, ils sont omniprésents chaque jour sur le terrain pour assurer la gestion de la crise sanitaire, aux côtés des professionnels de santé. Contactée par Thotis, cette étudiante en soins infirmiers à Paris nous raconte :”On a beaucoup trop de malades, c’est tendu. Je ne m’imaginais pas vivre quelque chose comme ça… Mes parents et mes proches me manquent !”.

 

À lire aussi : Le contrôle continu devient inévitable pour le bac 2020

Skin – Thumbnail

 

Des risques pour la santé mentale des étudiants en santé

Les associations nationales étudiantes rappellent ensuite qu’il est nécessaire d’assurer le développement des dispositifs d’accompagnement et de soutien existants. La situation est plus tendue que jamais, comme le témoigne cet étudiant en médecine mobilisé : “Mentalement c’est difficile. Il y a des moments très compliqués : quand les médecins doivent prendre des décisions difficiles, que ce soit pour le patient et pour les familles, quand il faut choisir un traitement ou même transférer des malades. Heureusement, on voit quand même des patients s’en sortir.”

 

Angiolino, aussi étudiant en médecine et mobilisé en réanimation : “Pour ma part, j’ai fait le choix d’habiter seul le temps de la crise sanitaire, pour ne pas inquiéter ma famille et les protéger. Je vous laisse imaginer ce que c’est de rentrer seul le soir chez soi après des journées comme celles que nous vivons en ce moment. Mais on tient le coup, grâce à la solidarité des professionnels de santé et au soutien de l’ensemble de la population.”

 

Tous nos contenus sur les étudiants en Santé sont à découvrir sur Thotis Santé

Thotis Santé

 

 

“La sécurité des étudiants mobilisés doit être assurée”

Dans un communiqué commun, les associations nationales étudiantes en santé (UNECD, FNESI, FNEK, ANESF, ANEPF et ANEMF) ont demandé à ce que la sécurité des étudiants soit garantie au même titre que celle des professionnels. “Il n’est pas tolérable que les étudiants soient mis en danger. Les soignants, étudiants comme professionnels, doivent bénéficier du même accès au matériel inhérent à leurs activités, ainsi que la possibilité de disposer de modalités de dépistage en cas de symptômes relatifs au SARS-CoV-2.”

 

“Dans ce contexte où les situations lourdes sont omniprésentes, nous alertons les pouvoirs publics sur les risques que la situation peut engendrer sur la santé mentale des étudiants et des professionnels de santé”. Aujourd’hui, quatre points sont soulevés par les étudiants en santé : la sécurité des étudiants doit être garantie, leur mobilisation doit être cadrée et valorisée, la continuité pédagogique doit être assurée et la santé mentale et physique doit être préservée.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires